ToulÉco Green

Publié le jeudi 6 juillet 2017 à 17h26min par Aurélie de Varax

Trophées de la petite Hydro : dix lauréats récompensés, à Toulouse

Les 9e Rencontres de France Hydro Electricité ont rassemblé plus de 500 acteurs de la filière à Toulouse, le 29 juin. A cette occasion ont été remis les premiers Trophées de la petite Hydro. Un secteur méconnu, enfin sous les projecteurs.

« L’énergie hydroélectrique, »coincée« entre le nucléaire et les énergies renouvelables, mérite une attention plus importante que celle qui lui est accordée aujourd’hui. L’initiative de ce concours est un moyen efficace de rendre plus lisible ce secteur d’activité de l’économie française et de parler des hommes et des femmes qui le font vivre », a déclaré Anne Penalba, vice-présidente de France Hydro Électricité (FHE), le syndicat représentant les acteurs de la petite hydro électricité en France, à l’occasion de la remise des prix des Trophées, à Toulouse, le 29 juin.

Organisés par Envinergy, entreprise basée à Sète et spécialisée dans la vente de centrales hydroélectriques depuis 1977, l’objectif de ce concours était de mettre à l‘honneur les petites centrales hydroélectriques. La France en compte actuellement 1800 avec une puissance moyenne installée de 0,5 mégawatt. « La différence avec la grosse hydroélectricité (400 centrales en France) va se faire sur une limite de puissance installée qu’on situe à 4,5 mégawatt », précise Antoine Guibert, gérant associé chez Envinergy. « Ensuite, nous retrouvons le même types de turbine que les grosses centrales d’Engie, d’EDF ou de la Shem mais à échelle réduite, avec des ouvrages qui font environ deux mètres donc moins invasifs pour l’environnement et la biodiversité ». Ces ouvrages sont souvent sur de magnifiques sites qui gagneraient à être mieux connus et valorisés. Les premiers Trophées de la petite Hydro ont récompensé dix centrales selon trois catégories - qualité patrimoniale, intégration dans l’environnement et performance - avec, en prime, un prix spécial du Jury. Ce dernier a été remis au propriétaire de la centrale des Barrets à Lestelle de St Martory sur la Garonne pour son projet exemplaire. Bernard Fechting, l’heureux lauréat, a équipé un site de plus de cinq cent ans d’une turbine VLH (Very Low Head turbine), le dernier fleuron français en la matière. Performante et très bien intégrée dans le paysage, elle facilite la descente des poissons sans qu’ils ne se blessent.

Il faut créer un choc de simplification sur la petite hydro

« On parle essentiellement de l’éolien, du solaire et de la biomasse dans les shémas régionaux et rarement du potentiel de la petite hydro. Or l’hydraulique est la première source d’ENR en France », a souligné Antoine Guibert. Si le secteur de la grosse hydroélectricité a atteint sa maturité par rapport aux possibilités des sites, Il y a encore un fort potentiel sur la petite hydro avec environ 10.000 ouvrages en France, pour la plupart des moulins, qui pourraient être équipés de turbines. « Par rapport aux autres énergies renouvelables, les centrales hydroélectriques ont l’avantage de produire massivement l’hiver donc en période de grande consommation », rappelle Antoine Guibert. De l’électricité renouvelable qui peut être utilisée en autoconsommation par les propriétaires ou revendue à EDF.

Actuellement on ne compterait qu’une dizaine de nouvelles installations par an en France. Un chiffre extrêmement faible dû aux contraintes administrative, selon Antoine Guibert. « Les projets prennent souvent plus de sept ans. Un choc de simplification des procédures administratives comme cela a été instauré sur le solaire ou l’éolien serait bien vu sur la petite hydro, sachant qu’on est sur des ouvrages patrimoniaux sans risque important sur l’environnement. Aujourd’hui on sait équiper les barrages de passes à poissons et on dispose d’une turbine peu invasive pour la biodiversité et très performante avec la VLH. » cette ingénieuse turbine est l’innovation technologique de MJ2 technologies, société installée près de Millau.
A. de V.

Sur la photo de gauche à droite : Antoine Guibert, gérant d’Envinergy ; Bernard Fechting lauréat du prix spécial petite Hydro et Anne Pénalba, présidente du syndicat France Hydroélectricité. Photo Envinergy.