ToulÉco Green

Publié le jeudi 3 septembre 2015 à 15h34min par Aurélie de Varax

L’École nationale vétérinaire de Toulouse, à l’avant-garde des campus verts

Doté d’un « plan vert » depuis 2008, le campus de l’École nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT) à Purpan, est à l’avant-garde. Dans une dynamique portée par les étudiants et l’administration, il intègre le recyclage des déchets, l’éco-mobilité et surtout les enjeux de la biodiversité.

Les 140 étudiants de la nouvelle promotion de l’ENVT vont voir l’année en vert. Ils viennent d’être accueillis sur un campus de 53 hectares, à Purpan, qui a tout du campus vert de demain. « Nous avons été une des premières écoles françaises à adopter un »plan vert« , dès fin 2008 qui a débouché sur une labellisation et un programme d’amélioration continue », souligne Augustin Calventus, l’ingénieur hygiène, sécurité et développement durable qui pilote le projet en lien avec le comité campus vert. Composé de quinze membres - agents, techniciens et étudiants-, ce comité se réunit chaque trimestre et définit le plan d’actions annuel. A Toulouse, l’Insa et Toulouse Business School se sont également dotées d’un Plan Vert mais l’ENVT, qui accueille 600 étudiants, reste pionnière sur de nombreux sujets, à commencer par la biodiversité. D’ailleurs, les étudiants établiront ce samedi le bilan annuel de la production de leur rucher.

Du Plan Vert au Club Vert’Vet

Tout a commencé par un bilan carbone en 2008, la mise en place de journées de sensibilisation et le choix d’une série d’actions sur la gestion des déchets et la mobilité. « Nous sommes passés en cinq ans de 100 à 60 tonnes de déchets. Cela permet des économies annuelles de l’ordre de 10.000 à 15.000 euros, » détaille Augustin Calventus. Parmi les actions phares côté mobilité, outre un PDEI (Plan de déplacement inter-entreprises) mis en place en 2009 pour les déplacements domicile-travail et récompensé en 2012 par le trophée Tisséo, trois cents rails de vélo ont été installés sur le campus et l’établissement s’est doté d’un véhicule électrique dès 2010. Mais c’est depuis la naissance du club d’étudiants Vert’Vet en 2010 que les idées fleurissent sur la biodiversité pour tirer partie de la richesse exceptionnelle du campus pourvu d’arbres centenaires et d’essences rares.

Les étudiants au coeur de la dynamique

« Naturellement attirés par les sciences du vivant, les étudiants vétérinaires ont les pieds dans le terroir ce qui facilité leur engagement », souligne Augustin Calventus. Chaque année une soixantaine de volontaires s’investissent au sein des clubs projet sur la biodiversité. Résultats : quatre bassins ont été dégagés qui abritent poissons et tortues, un potager a été installé en 2012, une prairie fleurie avec des essences choisies ainsi que le premier rucher étudiant de la région avec une production annuelle d’environ 70kg de miel. Le dynamisme des étudiants se transmet de promotion en promotion avec le soutien étroit de l’administration. Un dynamisme récompensé en 2013 par le trophée national « Mets ton campus à l’an vert ».

En février dernier, l’ENVT a lancé le premier grand symposium étudiant sur la biodiversité. Il sera renouvelé cette année en collaboration avec les autres écoles de l’Université Fédérale. Car selon Augustin Calventus, l’esprit pionnier n’est vraiment fécond que dans le partage des expériences.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Augustin Calventus, ingénieur hygiène, sécurité et développement durable à l’ENVT. Le pilote du projet Campus Vert, devant le rucher des étudiants. Photo ENVT.