ToulÉco Green

Publié le jeudi 5 octobre 2017 à 20h22min par Aurélie de Varax

Coup d’envoi du projet Demeter sur la zone aéroportuaire de Toulouse

Dans la lignée de son Plan Climat Energie Territorial, Toulouse Métropole est à l’initiative du projet Demeter, lancé ce 4 octobre. Objectif : fédérer trente partenaires autour d’un développement des plate-formes aéroportuaire et aéronautique respectueux de l’environnement.

DEMETER pour "Demonstrateur des engagements territoriaux pour la réduction des émissions." Cet ambitieux projet, en structuration depuis plus d’un an, a été porté ce jeudi 4 octobre sur les fonds baptismaux grâce à la signature d’un protocole d’accord entre les trente partenaires associés. "C’est une initiative fantastique. Nous avons décidé de travailler en commun pour trouver des solutions pour développer les activités aéronautiques et celles de la plateforme aéroportuaire à Toulouse tout en liant qualité de vie et environnement", a déclaré Fabrice Brégier, Pdg d’Airbus.

Réduire l’empreinte environnementale

Totalement pionnière, cette expérimentation a vu le jour suite au Pacte de développement économique et territorial signé entre Toulouse Métropole et Airbus en 2016. Derrière des mots abstraits, un objectif : co-construire entre acteurs du territoire des projets pour réduire l’empreinte environnementale individuelle et collective, en échangeant des bonnes pratiques, en mutualisant et en expérimentant des approches innovantes. Pour Alain Di Crescenzo, président de la CCI d’Occitanie "ce projet est remarquable car il expérimente au sein d’un espace qui multiplie les records en terme de croissance et de congestion. C’est un projet démultipliable ailleurs".

Trente entreprises se sont engagées dans cette expérimentation qui devrait permettre à chacun d’atteindre plus efficacement ses propres engagements environnementaux en lien avec les exigences de l’accord de Paris, de la loi de transition énergétique, des engagements de branches ou d’ambitions comme le projet Repos de la Région Occitanie. Le tout en soutenant la croissance qui rend le territoire si attractif. La gouvernance est collégiale avec quatre groupes de travail thématiques : mobilité, croissance verte, pollution de l’air et économie circulaire.

Des projets qui innovent et mutualisent

Sur la mobilité, le projet COMMUTE regroupe neuf acteurs dont Airbus, ATR, Safran, Toulouse métropole et Tisséo autour d’un appel à projets européen en cours d’instruction. Il vise la mise en place d’un système de management collaboratif de la mobilité urbaine. Différentes actions sont proposées pour réduire l’usage des véhicules comme la mutualisation des PDE, le co-voiturage, le télétravail, l’optimisation des reports modaux et des techniques de communication engageante. Par ailleurs, Demeter prévoit la mise en place de stations énergie propre, avec GRDF sur le GNV/bio GNV et à travers le projet Hyport sur l’hydrogène.

Sur la croissance verte, la mutualisation des données est de mise. Un système de reporting commun sur les polluants et les GES est à l’étude en collaboration avec Atmo Occitanie et la dreal. Un protocole partagé pourrait également être élaboré sur la protection de la biodiversité. Autre projet développé par l’aéroport : le projet Zéro Emission côté Pistes qui permettra d’étudier et gérer les émissions des véhicules sur la zone et d’étudier un autre modèle économique visant à aller vers une économie de l’usage.

Sur le volet déchets et économie circulaire, le logiciel Actif développé par la CCI sera proposé aux acteurs économiques de la zone. Il leur permettra d’identifier les ressources non utilisées disponibles chez d’autres (matières, énergie, eau, transport, logistique, ressources humaines) dans l’objectif d’une valorisation. Un projet de valorisation thermique des déchets est également à l’étude.

Cerise sur le gâteau, Fabrice Brégier a également mentionné l’expérimentation d’une filière Biocarburants « Aviation » en France, qui ferait de Toulouse-Blagnac le premier aéroport français avitaillé en bio-kérosène. Si l’ambition de Demeter est clairement affichée, le financement de la vingtaine de projets déjà en liste, passe par des appels à projets où il faudra être les meilleurs.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Jean-Michel Vernhes, Président du Directoire d’Aéroport de Toulouse Blagnac ; Pascal Mailhos, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute- Garonne ; Fabrice Brégier, Président Directeur Général d’Airbus, le représentant de la Région Occcitanie ; Philippe Robardey, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse ; Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole et Alain Di Crescenzo, président de la CCI d’Occitanie. DR.

3 Commentaires

Répondre à cet article