ToulÉco Green

Publié le jeudi 10 septembre 2015 à 16h49min par Aurélie de Varax

Antoine Chardonny : « Alternatiba veut créer une mobilisation citoyenne sur le climat »

Depuis l’appel de Christiane Hessel en 2013 lors d’Alternatiba Bayonne, plus de 80 Alternatibas ont été organisés en Europe. Antoine Chardonny, coordinateur d’Alternatiba Toulouse, présente la mobilisation citoyenne pour le climat organisée ce week-end, à Toulouse.

Antoine Chardonny, plus de 10.000 personnes sont attendues samedi et dimanche à Alternatiba Toulouse, qu’est-ce qui fait la force de ce mouvement ?
Nous sommes dans une posture apolitique qui rassemble par sa dynamique. L’objectif est de créer une mobilisation citoyenne dans la perspective de la Cop 21 et surtout de mettre en avant le pouvoir d’action qu’a chaque citoyen dans le changement climatique. Nous sommes actuellement à un tournant de notre société où l’on prend conscience que si on ne réagit pas, nous serons dans vingt ans dans un scénario de non retour avec des problématiques exponentielles de pollutions, de mobilité des espèces mais aussi des populations. Au lieu de décrier le monde, Alternatiba porte un discours positif et rassembleur : les solutions efficaces existent et sont à la portée de tous.

Qui est à l’origine d’Alternatiba Toulouse et que va-t-il se passer ?
Le projet est porté par un collectif de citoyens. Ils font partie d’associations mais c’est l’aspect citoyen qui est mis en avant. C’est le premier rassemblement d’associations de cette ampleur à Toulouse. Cent soixante organismes associatifs ou autres, comme les scops, seront présents ce week-end sur treize espaces thématiques sur les Allées Jules Guesdes et le Grand Rond. Ils vont proposer leurs solutions pour répondre au changement climatique. L’événement compte aussi plus de 70 conférences, des altiers pratiques, des expositions, projections-débats, concerts et spectacles car l’objectif est de faire quelque chose de festif pour entrer dans le côté positif du climat.

Pouvez-vous donner quelques exemples des projets innovants qui seront présentés ?
L’objectif est d’aller vers des solutions que presque tout le monde peut adopter du jour au lendemain comme Enercoop mais aussi d’autres qui impliquent un vrai changement de vie. Nous aurons des acteurs de la mobilité douce comme les Ateliers vélo, de l’éco-construction comme Areso qui regroupe des professionnels pour montrer les atouts de la paille et du bois dans l’enjeu de décarbonisation de nos construction, des acteurs du circuit court comme la Chouette Coop qui travaille sur un projet de supermarché collaboratif, des acteurs aussi du numérique qui tentent de réduire son impact sur l’écologie et la vie privée ou encore de la finance responsable comme la Nef et le crédit coopératif. La monnaie locale Sol Violette sera présente sur tout le village.

Comment la manifestation est-elle financée ?
Nous avons très peu de subventions à part 3000 euros de la Dreal. Le reste est autofinancé via du financement participatif qui nous a permis de lever 8.500 euros sur Ulule et 7.500 euros de dons. Enfin nous allons nous financer via les ventes générées sur l’événement. C’est un événement à prix dérisoire. Nous sommes sur une démarche totalement alternative où l’on essaie de récolter du matériel auprès du collectif pour construire nous-même. Nous avons aussi récupéré des décors et des frigos qui vont être décorés. Il y a un élan formidable dans cette démarche et nous avons le soutien des élus qui ont vu l’intérêt d’avoir un tel événement dans Toulouse.

Que prévoyez-vous pendant la Cop 21 et surtout, après ?
La coordination européenne a prévu plusieurs actions à Paris dont un village mondial des alternatives les 5 et 6 décembre à Montreuil. Tout au long de la Cop 21, il y aura des actions non violentes de sensibilisation et d’interpellations médiatiques et politiques. Ensuite il faut aller plus loin que la Cop dont on ne se leurre pas sur les résultats. L’après Cop se réfléchit autant au niveau de la coordination européenne qu’au niveau local. C’est un des débat de clôture que nous aurons dimanche. L’idée pourrait être de réfléchir aux moyens à mettre en place pour atteindre les populations non touchées par l’événement. Je pense par exemple aux communautés religieuse qui, on l’a vu avec l’encyclique papale commencent à se mobiliser sur le climat, ou encore les quartiers populaires et, bien sûr, les entreprises.
Propos recueillis par Aurélie de Varax.

Sur la photo : de gauche à droite et de haut en bas : Benjamin Malan, Antoine Chardonny, Julien Herreros, et Hélène Morel, membres du collectif Alternatiba Toulouse. Photo Hélène Ressayres pour ToulÉco Green.

Alternatiba Toulouse se déroule les 12 et 13 septembre à Toulouse, Allée Jules Guesdes.
La programmation est disponible sur le site d’Alternatiba Toulouse.