Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco TV | ToulÉco Tarn

Toulouse et la Région LRMP mités par les pollutions toxiques

Article diffusé le 12 mai 2016

PCB, pesticides, nitrocellulose, déchets radioactifs, amiante, plomb. Autant de pollutions diffuses qui rongent notre région. L’association Robin des bois les recense dans un atlas inédit, réalisé au niveau national. Toulouse fait partie des cinq villes passées au crible.

L’association Robin des bois a recensé les sites pollués de France, cartes à l’appui, dans un Atlas de la France toxique paru le 4 mai dernier. Toulouse fait partie des cinq villes passées au screening. Un projet qui s’appuie sur les archives vieilles de 35 ans de l’association qui oeuvre à la protection de l’homme et de l’environnement. « Notre rôle n’est pas de faire un hit parade mais de servir de médiateur et de vulgarisateur auprès des citoyens pour informer et alerter sur les déchets toxiques, les pollutions aquatiques en mer et le long du littoral, les pollutions agricoles ou celles provoquées par les déchets de guerre », souligne Jacky Bonnemains, coauteur et président de Robin des bois.

38 sites officiellement pollués à Toulouse

Près de la Garonne, un polygone de tir, une poudrerie et le Groupement industriel d’armements terrestre (Giat) ont pollué 100 hectares durant 200 ans. Un polygone reconverti notamment en Zénith au début des années 2000 car l’habitat est exclu mais, selon Jacky Bonnemains, les aménageurs seraient devenu moins scrupuleux ces derniers temps, pression démographique oblige. « Toulouse est une ville pionnière dans la reconversion des friches industrielles en écoquartier comme à la Cartoucherie car le HQE (Haute qualité environnementale) s’arrête au niveau du sol. Avec l’accord des collectivités et de l’Etat, les aménageurs peuvent laisser les terres polluées par les activités historiques sur place ou les regrouper dans des talus. » Sans vouloir être alarmiste, le président de Robin des bois conseille aux futurs acquéreurs de se procurer le plan de gestion des sols et terres polluées comme aide à la décision. Il alerte sur « un consensus dans la loi du silence à Toulouse car personne ne souhaite déprécier la valeur de son patrimoine. »

Autre sujet de préoccupation, les fameuses « ballistères de Braqueville », un leg militaire de 45.000 tonnes de munitions immergées dan la vase de quatre étangs en bordure de Garonne. Les résidus de nitrocellulose sont inflammables et explosifs à l’état sec. « Le traitement de ce site polluant et dangereux pour la population d’autant plus qu’on trouve à quelques centaines de mètres le site Seveso Herakles est toujours différé faute de moyens financiers et de consensus des techniciens. C’est préjudiciable au déploiement harmonieux du nouveau quartier autour de l’Oncopole », déplore Jacky Bonnemains. Autre réalité peu rassurante selon l’association, au nord de Toulouse dans le quartier de Fondeyre, les entreprises Esso et STCM font courir des risques d’explosion aux entreprises voisines, aux habitants et usagers des pistes cyclables du canal latéral et de la rocade A620.

PCB, Insecticides et pesticides toxiques

Comme la plupart des grands fleuves, la Garonne et ses affluents sont pollués par les PCB [1] qui rendent les poissons théoriquement immangeables, si les recommandations préfectorales étaient écoutées. « La consommation régulière d’anguilles, de brèmes ou de carpes est donc à éviter ». Dans le Bassin Adour-Garonne, 47 sites terrestres seraient pollués.

Côté pesticides, la région LRMP à dominante viticole fait partie des régions les plus exposées avec six départements dont les ventes moyennes de pesticides sont situées entre 200 et 400 tonnes ce qui présente un risque important pour les riverains et les agriculteurs. La région est également en première ligne sur les insecticides néonicotinoïdes utilisés sous marque Crusier à partir de 1990 pour désherber les parcelles agricoles. Ces produits atteignent les insectes au cerveau et les tuent. « Entre 2010 et 2013, la production de miel a baissé de 25 à 33% dans la région quand la consommation de néonics augmentait de 326% en ex-Midi-Pyrénées et 135% en ex-Languedoc-Roussillon » précise Jacky Bonnemains. Sur le littoral méditerranéen, Robin des bois déconseille également la pêche de loisirs aux coquillages atteints également par des pollutions diffuses. Plus inattendu, l’association alerte sur les pollutions issues d’accidents de camions transportants des matières dangereuses qui sont fréquents dans l’Héraut.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Charlotte Nithart, Christine Bossard et Jacky Bonnemains, les auteurs de l’Atlas de la France toxique.

En savoir plus : l’Atlas de la France toxique aux éditions Arthaud.

Notes

[1Classés comme cancérogènes certains par le Centre national de recherche sur le cancer, les polychlorobiphényles - PCB - sont des hydrocarbures chlorés très utilisés dans le monde entier avant d’être bannis en 2000.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-green.fr/Toulouse-et-la-Region-LRMP-mites-par-les-pollutions-diffuses,19200