Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco TV | ToulÉco Tarn

Sunwaterlife veut lever vingt millions d’euros en cryptomonnaie pour l’accès à l’eau potable

Article diffusé le 5 avril

Sunwaterlife, le spécialiste toulousain des systèmes de production d’eau potable à bas prix, dans les zones enclavées, lance une levée de fonds en cryptomonnaie : le « Watercoin ». Objectif : installer mille distributeurs d’eau potable dans le monde, sous deux ans.

C’est un virage de taille pour la société Sunwaterlife, le spécialiste toulousain des systèmes de production d’eau potable à bas prix dans les zones enclavées de la planète. Après avoir lancé l’Aqualink Kiosk en décembre 2016, un distributeur d’eau potable fixe, automatique et autonome en énergie qui peut traiter mille litres d’eau contaminée par heure, la société a ouvert en décembre dernier sa filiale O’Claire pour exploiter l’eau purifiée des kiosques à bas prix. Elle vient de lancer le « Watercoin », une cryptomonnaie dédiée à l’achat d’eau potable à bas prix.

« Nous avons déployé trois unités en Côte d’Ivoire et nous espérons lever vingt millions d’euros en watercoin pour financer l’installation de mille kiosques dans le monde : 300 en Amérique latine, 300 en Asie et 400 en Afrique », précise Christophe Camperi-Ginestet, cofondateur de Sunwaterlife. La distribution de l’eau se fera en vrac via des cartes pré-payées ou dans des bonbonne consignées de dix ou dix-huit litres.

Traçabilité et rapidité

Selon le dirigeant, « la cryptomonnaie est le moyen le plus rapide pour effectuer une levée de fond conséquente puisqu’il y a moins de contraintes administratives ». L’entreprise a déjà lancé sa pré-ICO (Initial coin offering), soit la pré-mise en bourse mondiale de ses Watercoin au tarif incitatif de un euro = un Watercoin = un litre d’eau potable. Soit en moyenne, un prix de l’eau 12 à 15 fois inférieur au prix du marché. Au lancement officiel de l’ICO, début mai pour une durée d’un mois et demi, le tarif passera à deux euros. A ces prix, Sunwaterlife espère susciter l’engouement des investisseurs.

« Nous visons les fondations, les entreprises du Cac 40 présentes dans les pays concernées, les ONG qui ont intérêt à se constituer des stocks d’eau potable, les États et aussi les particuliers. Les stocks d’eau achetés en Watercoin seront utilisables au besoin, en temps réel », précise Christophe Camperi-Ginestet. Et surtout la traçabilité de l’usage unique en eau est garantie par la blockchain. « Totalement dématérialisée et tracée numériquement sous forme de tokken, le Watercoin ne peut pas être détourné. L’investisseur saura qui a acheté l’eau, qui l’a donné, qui l’a utilisé. »

Avec les fonds récoltés, Sunwaterlife devra industrialiser rapidement sa production de kiosques. Des locaux de 300 mètres carré ont été identifiés dans l’Ouest toulousain et l’équipe sera étoffée d’une trentenaire de personnes. « Si nous levons dix millions d’euros, nous pourrons viser les huit millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 », annonce le dirigeant.
Aurélie de Varax

Photo DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-green.fr/Sunwaterlife-veut-lever-vingt-millions-d-euros-en-cryptomonnaie,24338