ToulÉco Green

Publié le jeudi 7 décembre 2017 à 14h54min par Aurélie de Varax

Smart City. Le toulousain Kawantech, expert de l’éclairage public intelligent, change d’échelle

Expérimentés au sein de Toulouse Smart City depuis deux ans, les capteurs de présence de la start-up Kawantech font des émules. Citelium (EDF) s’est associé au toulousain pour développer la solution d’éclairage intelligent Hi’Light attendu pour le second semestre 2018.

Lancée en 2011 à Labège, Kawantech est une start-up qui conçoit des capteurs intelligents adaptés à l’éclairage public. Après plusieurs années de R&D sur ses capteurs, elle s’est associée à la filiale d’EDF spécialisée dans l’éclairage public Citelium, pour proposer la solution Hi’Light aux villes soucieuses de générer des économies d’énergie. « Nous avons développé le produit Kara : des capteurs intelligent installés dans les lampadaires qui détecte les ombres et variations de contraste pour adapter la puissance de l’éclairage en fonction des besoins. Une faible intensité s’il s’agit d’un véhicule, une meilleur intensité s’il s’agit d’un piéton, » explique Yves Le Henaff, Pdg de Kawantech.

Dans le cadre du produit Hi’Light, les villes pourront installer ces capteurs sur leurs lampadaires et les connecter au sein de la plateforme de gestion globale de l’énergie Muse, développée par Citelium. A la clé : le pilotage à distance de l’éclairage public, rue par rue, en fonction des choix d’éclairage de la ville et un suivi, en temps réel des consommation. Hi’Light sera proposé dès le second semestre 2018 dans le cadre de grands projets de rénovation d’éclairage urbain.

Les fruits de l’expérimentation toulousaine

« Le travail de concertation que nous menons avec la ville de Toulouse depuis plusieurs années à travers l’expérimentation de nos capteurs sur déjà 520 lampadaires dans soixante rues nous a aider à peaufiner notre expertise et notre modèle », rappelle Yves Le Henaff. Une expérience qui a prouvé « une économie de 67% sur les consommations donc un l’amortissement en sept ans d’un produit parti pour durer vingt ans ». Fort de ce partenariat qualitatif, c’est dans ce même giron toulousain que va être testée la solution Hi’Light avec déjà une vingtaine de lampadaires connectés pour les premiers tests et un objectif de rentabilité à quatre ans.

Kawantech compte déjà mille lampadaires équipés avec sa solution Kara dans sept villes de France et vise la barre des 10.000 d’ici fin 2018. La start-up qui compte actuellement dix salariés table sur 300.000 euros de chiffre d’affaires pour 2017 et se projette sur le million d’euro pour 2018 et 3 millions d’euros pour 2019. Sa croissance pourrait être assurée aussi par le développement d’autres services comme Smart Parking : l’installation de capteurs pour détecter les places de stationnements libre en temps réel, et préparer les techniques de paiement à la minute de parking occupé. Une solution déjà en prototype avec Citelum sur Toulouse qui devrait entrer en démonstration dans six mois.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Yves le Henaff, pdg de Kawantech. Photo DR.