Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco TV | ToulÉco Tarn

Les bonnes clés des réseaux verts

Le développement durable… Avec un tel mot valise et la prolifération des initiatives de bonne volonté pour soutenir la démarche, le chef d’entreprise peut être rapidement noyé. Comment s’y retrouver ?

Dans la nébuleuse des acteurs du développement durable, se mêlent associations, consultants, clubs d’affaires, collectivités locales ou régionales, formateurs ou encore fédérations professionnelles… Difficile de trouver sa voie pour mener une action éco-responsable dans son entreprise. D’autant que la norme ISO 26 000, très attendue après cinq ans de travail, ne délivre que des principes mais aucune recette certifiable. « Il est vrai que les décideurs ont du mal à se repérer dans ce brouillard vert. Il faut les aider à se créer une vision en fonction de leurs besoins car le développement durable est aujourd’hui un mot fourre-tout », confirme Odile Verdure-Labeille, directrice de l’agence toulousaine de conseil en marketing, communication et stratégie responsable.

Acquérir une culture DD

Chaque situation est particulière, il n’y aurait donc pas de processus standard. La consultante suggère une approche : « Aller à la rencontre
d’associations, assister à des conférences, des colloques est une bonne idée pour démarrer. Ce n’est pas cher, on s’approprie le langage et petit à petit, on trie. » L’association Persée, présidée par Corinne Delpuech, professeur à l’ESC Toulouse, propose ainsi des réunions périodiques sur le thème de la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise. L’Adepes, agence régionale à Ramonville, est un centre ressources au service des acteurs de l’économie solidaire qui dispose d’un fonds documentaire de plus de 300 ouvrages et d’annuaires des organismes accompagnateurs. La présidente, Bérénice Dondeyne, et son équipe viennent d’organiser une formation destinée aux entreprises confrontées à une commande publique responsable : « On explique comment répondre aux appels d’offres de collectivités qui veulent de l’achat responsable. »

Les fédérations professionnelles et les clubs d’entreprises en soutien

Le secteur d’activité de l’entreprise intervient aussi dans le choix des conseils. Dans l’agroalimentaire, l ‘organisme professionnel FRC2A peut mener des études de marché bio et aider à la conversion des producteurs. De son côté, l’Aria en partenariat avec la FRC2A et l’Afnor,
propose un audit et un bilan des pratiques développement durable de leurs adhérents, un accompagnement payant qui peut aller jusqu’à 18 mois. Dans la filière du bâtiment, la Capeb est à même d’orienter. Une chose est sûre, le développement durable est tellement incontournable
que chacun s’en empare. Premiers dans la liste à s’en saisir, les clubs d’entreprises. La Mêlée organise avec sa Green Mêlée des ateliers à destination des entreprises de la TIC. Son dernier forum sur le sujet, en février dernier, s’est déroulé en partenariat avec le CJD.

Pas un club qui ne mette à son programme une pincée DD, conférences-débats à l’appui. Mais c’est le CJD qui, avec son credo de performance globale dans l’entreprise, au niveau humain, social, économique et environnemental, s’est constitué de manière la plus aboutie autour des valeurs du développement durable. Le réseau Ever de son côté, organise chaque trimestre une conférence-débat sur un aspect pratique de la responsabilité sociétale de l’entreprise, telle la
fiscalité verte. SOL, le nouveau « think tank » créé en juin dernier par sept patrons de Midi-Pyrénées, est une association qui fédère des entrepreneurs aux valeurs communes d’emploi durable (sans délocalisation), d’utilisation des énergies renouvelables ou de promotion de la diversité.

La CRCI engagée dans une action structurante

Parmi cette multitude d’initiatives, émerge la volonté de la CRCI de structurer un réseau dédié au développement durable au sein des
chambres consulaires. Elise Degeetere , chargée de mission développement durable à la CRCI, propose aux chefs d’entreprise de se rapprocher des conseillers de la CCIT ou CRCI qui , en fonction de la demande, peuvent se déplacer en entreprise, auditer et impulser de nouvelles pratiques. De cette demande d’accompagnement des PME, souvent démunies, est né le club Dirigeants Durables, lancé officiellement ce 4 février par la CCI de région, parrainé par Christian
Grollier, directeur de la Toulouse School of Economics.« L’adhésion au club est de 300 euros pour les petites entreprises. Nous disposons d’une quinzaine de consultants partenaires, qui animent des ateliers
collectifs. Avec un objectif d’une centaine d’adhérents à
fin 2012, notre idée est d’enclencher une dynamique régionale et
de fédérer les entrepreneurs engagés dans le développement durable », souligne Elise Degeetere. Peut-être la porte d’entrée la plus accessible d’une filière bouillonnante, encore en manque de lisibilité et de cohérence, mais forte de son dynamisme.
Isabelle Meijers

Lexique

Persée : Promouvoir et étudier la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise
Adepes : Agence pour le développement et la promotion de l’économie solidaire en Midi-Pyrénées
FRC2A : Fédération régionale des coopératives agricoles et alimentaires de Midi-Pyrénées
Aria : Association régionale des industries agro-alimentaires Midi-Pyrénées
Afnor : Association française de normalisation
Capeb : Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment
CJD : Centre des jeunes dirigeants
Ever : Entreprises volontaires et responsables Midi-Pyrénées
SOL : Entrepreneurs de la planète
CRCI : Chambre régionale de commerce et d’industrie
CCIT : Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-green.fr/Les-bonnes-cles-des-reseaux-verts