Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco TV | ToulÉco Tarn

La lutte contre le gaspillage alimentaire s’organise en Occitanie

Mieux connaître le gaspillage pour mieux le combattre, c’était l’objectif du colloque qui s’est tenu le 17 novembre dernier à Montpellier à l’initiative de l’Ademe et la Draaf. 250 initiatives ont été recensées dans toute la région pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

L’Ademe et la Draaf (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) s’unissent pour lutter contre le gaspillage alimentaire en région. « Optimiser les pratiques à la source, sur l’exploitation agricole, dans les industries ou dans les restaurants collectifs, c’est notre priorité », a souligné Virginie Grzesiak, responsable du pôle offre alimentaire à la Draaf à l’occasion du colloque organisé à SupAgro Montpellier, le 17 novembre. Plus de 140 000 euros ont été investis pour accompagner les 250 initiatives recensées en Occitanie.

Redoubler d’ingéniosité pour lutter contre le gaspillage alimentaire

32% du gaspillage alimentaire se fait lors de la production. Conscients de l’enjeu tant économique qu’environnemental, des arboriculteurs se sont regroupés autour du projet Civam Bio 66. « Dans les vergers bio des Pyrénées-Orientales, nous avons observé que 13% des fruits sont perdus en moyenne au niveau de la production » souligne Nicolas Dubreil, coordinateur du projet qui a reçu une aide de 8050 euros de l’Ademe-Draaf. Ainsi, les fruits refusés sont transformés en jus et compote et améliorent les revenus agricoles.

Même combat dans la restauration collective. D’après une étude menée par l’Inra et l’ADEME, 83% des personnes laissent de la nourriture sur leur plateau. Alors que le Centre Hospitalier de Perpignan produit chaque année 3000 repas par jour, un audit a montré en 2014 qu’une grande partie du gaspillage alimentaire était liée à une mauvaise qualité des repas et à des surproductions. « Nous faisions des plats adaptés au plus grand nombre donc sans sel, sans beurre… bref, sans goût ! » détaille Stéphane Lasseur, Ingénieur logistique au Centre hospitalier de Perpignan. Résultat, aidé à hauteur de 18 000 euros par l’Ademe-Draaf, l’hôpital a réduit de 75% le nombre de barquettes entières jetées en 3 ans.

La fin du gaspillage dans les supermarchés

Depuis le 3 février 2016, la loi interdit aux supermarchés de jeter et javelliser les denrées invendues. So Phénix, start-up française spécialisée dans la seconde vie des produits invendus et Revivre Pays D’Oc, plateforme logistique associative pour les épiceries solidaires ont donc unis leur force pour redistribuer ces invendus. « Les épiceries solidaires manquent de moyens logistiques pour collecter régulièrement les denrées alimentaires données par les supermarchés. C’est pourquoi So Phénix prend en charge la logistique. Ainsi, depuis le 15 janvier, 70 tonnes de produits ont été redistribuées dans la région toulousaine », conclut Alexis Ménard, Chef de projet à So Phénix.
Coralie Pierre

Photo Civam Bio 66

Chiffres clés
Chaque année en France, 10 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées, soit 20 kg par personne ou 400 euros par foyer. De la nourriture destinée à la consommation humaine est perdue, jetée ou dégradée tout au long de la chaîne alimentaire, que ce soit au niveau de la production (32% de gaspillage), la transformation (21% de gaspillage), la distribution (14% de gaspillage) et la consommation (33% de gaspillage),

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-green.fr/La-lutte-contre-le-gaspillage-alimentaire-s-organise-en,20552