Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco TV | ToulÉco Tarn

La Shem mise sur son ancrage dans les territoires

Malgré un CA en baisse en 2015, la Société Hydro-Electrique du Midi reste confiante sur son développement sur le marché alternatif de l’énergie, et poursuit ses investissements. Elle compte se positionner lors du renouvellement des concessions.

L’acteur historique du grand Sud-Ouest pour l’exploitation des hautes et moyennes chutes se prépare pour se positionner dans le renouvellement des concessions, qui devrait avoir lieu en 2016. Troisième opérateur en hydroélectricité en France avec 3% seulement de la capacité installée (derrière EDF et la Compagnie nationale du Rhône), la filiale d’Engie perçoit cette ouverture comme une opportunité de croissance. Présente sur toute la chaîne pyrénéenne avec deux implantations majeures en Dordogne et dans la vallée d’Ossau, elle représente 320 emplois non délocalisables dans des zones isolées, et injecte 11 millions d’euros de taxes et redevances localement chaque année. Elle ouvre en 2016 deux directions régionales à Pau et Brive-la-Gaillarde, et une antenne en vallée de la Têt. Par ailleurs, la PME innove en mettant en service actuellement une première Société d’Economie Mixte pour développer deux microcentrales à Uzerche (Corrèze). « La capacité installée est modeste, mais ce modèle peut constituer une source de financement pour les collectivités », explique Pierre Chambon, le directeur général de la Shem.

Fournisseur de services

La Shem mise sur le stockage de ses barrages, et assure être capable de démarrer n’importe quelle installation en 13 minutes, grâce à son service de réserve rapide mis en place sur la vallée d’Ossau et l’usine de Marèges. « Nous devenons un fournisseur de services, au-delà du simple producteur d’électricité », poursuit le directeur général. L’année 2015 s’est soldée par un chiffre d’affaires en baisse de 85,5 millions d’euros. « Nous avons eu un début d’année très neigeux, provoquant des avaries en vallée d’Ossau, suivi d’une faible hydraulicité à cause d’un début d’été sec et d’un hiver très chaud. Mais notre résultat moyen s’explique aussi par de forts investissements », assure le directeur.

Investissements en forte hausse

La Shem poursuit en effet le vaste programme de maintenance entamé en 2014. Ses investissements passent de 23 millions d’euros à 40 millions d’euros en 2016. Cette stratégie permet de faire face à la forte baisse des prix (le mégawatt-heure était vendu 35 euros l’an dernier, environ deux fois moins que cinq ans auparavant). Parmi les principaux programmes réalisés en 2015, le changement de moteur de la station de pompage de Pouchergues (1,6 million d’euros), la modernisation de l’usine de Nay (1,3 million d’euros), la conduite forcée de la centrale du lac d’Artouste en fibre de verre (1 million d’euros). Cette année, de grands chantiers sont notamment prévus pour agrandir les évacuateurs de crues du barrage des Essarts dans le Cantal (5,5 millions d’euros) et du barrage de l’Oule (2 millions d’euros). A Marèges, l’immense chantier entamé l’an dernier pour moderniser les parties immergées de l’ouvrage et réviser la mécanique des deux usines se poursuit (11 millions d’euros). De gros travaux sont également prévus sur le barrage et dans l’usine de Bious (Ossau).

6% de capacité installée

L’entreprise développe également ses prestations externes depuis un an, que ce soit pour le conseil départemental de l’Aveyron, pour l’Etat andorran (conseil au développement de petites centrales hydroélectriques), ou encore pour le compte de la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne.
La Shem vise en priorité un ancrage dans le grand Sud-Ouest et envisage le rachat de petites installations. « Forts de notre expertise, nous souhaitons nous positionner sur l’ouverture du marché énergétique à l’échelle européenne, pour atteindre 5 à 6% de capacité installée ».
Armelle Parion

Sur la photo : La Shem entame à Marèges la deuxième année d’un programme d’investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros sur 5 ans. Photo Shem.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-green.fr/La-Shem-mise-sur-son-ancrage-dans-les-territoires,18890