ToulÉco Green

Publié le jeudi 15 septembre 2016 à 22h37min par Aurélie de Varax

Inauguration de Pierre Verte, le premier bâtiment patrimonial à énergie positive et autonome en Europe

C’est au coeur d’Auch qu’a été inauguré hier Pierre Verte. L’ ancien bâtiment de l’évêché a été converti en bâtiment à énergie positive (Bepos) et 100% autonome en énergie. Une rénovation unique en Europe réalisée par le cabinet spécialisé Addenda qui ouvre la voie.

Il accueille désormais sur mille mètres carrés l’antenne gersoise du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) et le nouveau siège d’Addenda. Le cabinet spécialisé dans la maîtrise de l’énergie et l’optimisation énergétique des bâtiments est d’ailleurs la cheville ouvrière de cette rénovation, avec l’atelier d’architecture Frédéric Airoldi. Un projet porté par l’innovateur visionnaire et engagé, Alain Castells, gérant d’Addenda qui a déjà à son actif le premier bâtiment Bepos français construit en 2006 à Grenoble, et une quarantaine d’autres.

Comme le Siège d’Ecocert construit à l’Isle Jourdain en 2010, Pierre Verte est un nouveau "bâtiment manifeste"."Nous démontrons qu’une restructuration classique de qualité en secteur sauvegardé est possible en intégrant du bepos et une autonomie énergétique totale, pour un coût similaire à celui d’une restructuration classique," a souligné Alain Castells lors d’une inauguration en grande pompe en présence des élus régionaux et locaux. Pour un coût moyen de 1350 euros du m2, Pierre Verte s’inscrit dans le budget d’une restructuration classique de qualité dans un bâtiment existant, selon le gérant. Un message qu’il compte transmettre à tous les architectes et promoteurs.

Des innovations au service de l’excellence énergétique

Dans l’ancien sauvegardé, on ne peut pas travailler l’isolation de la même façon que sur du neuf. Cette non-isolation a donc été compensée par une isolation renforcée de la toiture, des sols et des vitrages. Concernant la production énergétique, 100m2 de panneaux photovoltaïques ont été installés sur un hangar à l’arrière du bâtiment, ce qui assure l’autonomie énergétique durant la période estivale. Pour l’énergie d’hiver, Pierre Verte est équipé d’une chaufferie aux granulés de bois, à laquelle est associée une unité de cogénération par turbine Scroll. Lorsque la chaudière fonctionne, entre octobre et avril, le surplus de chaleur est capté en sortie pour produire simultanément de l’électricité.

Pour assurer l’autonomie par rapport au réseau toute l’année, deux innovations complètent le dispositif : une unité de stockage d’énergie par batterie lithium et plomb et un « bus continu » qui permet d’alimenter directement l’éclairage et les matériels informatiques en courant continu produit par les panneaux photovoltaïques et l’unité de cogénération. "Le réseau utilise du courant alternatif mais dans les démarche Bepos, on produit et on utilise du courant continu. Pouvoir s’affranchir du réseau qui est en courant alternatif permet d’éviter les conversions qui sont des pertes de rendement", précise Alain Castells. Issue d’un projet de recherche mené conjointement avec quatre laboratoires toulousains, cette innovation a valu à Pierre Verte d’être lauréat de l’appel à projets de l’Ademe « Vers des bâtiments responsables à l’horizon 2020 ».

Cerise sur le gâteau, les matériaux utilisés dans le cadre de cette restructuration sont tous biosourcés et neutres en termes de rejet de carbone. Le programme a d’ailleurs donné lieu à la création d’un matériau nouveau, le Duoterre. Il s’agit de cloisons en structure bois, remplies d’une âme en fibre de bois et enduites en terre crue puis patinées avec des pigments naturels et de l’huile de lin. Elles sont produites par des artisans locaux à partir de terre crue gersoise.
AdV.