ToulÉco Green

Publié le jeudi 27 avril 2017 à 21h14min par Aurélie de Varax

RTE prévoit 900 millions d’euros d’investissements sur cinq ans en Occitanie

A l’occasion de la présentation de son bilan annuel 2016 en Occitanie, RTE a annoncé une enveloppe de 900 millions d’euros d’investissements sur cinq ans. Pour moderniser le réseau et l’adapter à l’intermittence et la montée en puissance des renouvelables.

Entreprise à capitaux publics détenus par la Caisse des dépôts et Consignations et EDF, RTE assure le transport de l’électricité en Occitanie depuis les centres de production auprès de ses clients industriels et de ses distributeurs, à commencer par Enedis. Pour entretenir ses 11.049 kilomètres de lignes aériennes et ses 370 kilomètres de lignes souterraines, créer de nouvelles lignes, et pour accueillir la montée en puissance des énergies intermittentes, la société prévoit 900 millions d’euros d’investissements, répartis sur cinq ans.

Spécificités régionales

Toutes filières de production confondues, la production d’électricité en Occitanie a couvert 97% de sa consommation en 2016 mais c’est les renouvelables qui progressent le plus. « L’Occitanie est la deuxième région de France, pour la production d’énergies renouvelables », a souligné Eric Pharabod, délégué RTE pour le Sud-Ouest, à l’occasion de la présentation du bilan 2016 de l’entreprise. « Elles ont couvert 39% de la consommation régionale d’électricité en 2016 avec une hausse de 13,9% sur l’éolien et 14,9% sur le solaire. C’est deux fois plus que la moyenne française. Il faut adapter les modes de gestion du système à la production des renouvelables étant donné ce fort potentiel. » Aujourd’hui l’équilibre se fait par le réseau en mutualisant les volumes avec les autres régions voisines et l’Espagne, sachant qu’en 2016 les volumes importés représentent moins de 10% de la consommation annuelle. Demain, des solutions de stockage massif, actuellement au stade expérimental, pourront être mobilisées.

« Nous devons aussi faire face à une croissance de la demande même si les politique d’efficacité énergétique portent leurs fruits. Celle-ci est dûe à l’augmentation démographique dans les grandes métropoles et sur le littoral régional, » ajoute le dirigeant. En corollaire, RTE investit pour adapter les infrastructures, en particulier sur les métropoles de Montpellier et de Toulouse ainsi que Béziers, Perpignan et Tarbes.

Coupler électrique et numérique

La région compte actuellement 351 postes électriques. Pour accompagner l’augmentation de la production d’énergies renouvelables, certains nécessiteront des adaptations. Un gros projet doté de 108.000 euros d’investissement court sur sur trois ans pour moderniser et adapter 120 kilomètres de ligne entre Toulouse et Lannemazan dans les Hautes-Pyrénées. Plusieurs postes électriques seront également créés dans les départements de l’Aude, de l’Aveyron, de l’Hérault, de la Lozère et du Tarn. « Les objectifs régionaux (ndlr  : qui ne tiennent pas encore compte des objectifs repos de la nouvelle région) fixés par les Schémas régionaux climat, air, énergie (SRCE) à horizon 2020 tablent sur 6000 mégawatts d’éolien et de solaire contre 3700 aujourd’hui. Il s’agit d’anticiper l’arrivée des EnR dans des zones préidentifiées », précise Eric Pharabod.

RTE investit, enfin, sur l’optimisation de la gestion du réseau par le numérique. « Grace à des capteurs connectés, nous créons de l’intelligence dans le système. Nous pouvons établir le bilan de santé et de capacité des lignes et adapter ainsi les volumes transportés. Avec d’autres appareils, nous pouvons moduler la quantité d’électricité. Nous développons également beaucoup la fibre optique pour intégrer l’effacement de la consommation et l’intermittence des productions » détaille le délégué régional. Des travaux que l’entreprise mène en R&D ainsi qu’en réseau avec l’écosystème du numérique comme la start-up Intesens à Labège.
A. de V.

Photo DR

Répartition de la production électrique 2016 en Occitanie

  • Nucléaire : 54%
  • Hydraulique : 30%
  • Eolien : 7%
  • Solaire : 5%
  • Bioénergies : 2%

1 Commentaire

Répondre à cet article