ToulÉco Green

Publié le mercredi 15 octobre 2014 à 17h15min par Virginie Mailles Viard

Toulouse - Net Sol Eco une identité de SCOP

La Scop toulousaine Net Sol Eco déploie depuis 2006 avec ses salariées sociétaires, une activité de ménage écologique en entreprise. Une façon de dire que la Scop par et pour les femmes est possible dans un secteur concurrentiel.

Si votre entreprise est proche d’une station de métro, vous avez toutes les chances de votre côté pour accéder aux services de la Scop Net Sol Eco. Cette entreprise de nettoyage écologique a maillé son activité économique autour des stations toulousaines. Une stratégie géographique qui permet de gagner du temps, et pour des salariées sans permis de conduire, d’accéder à l’emploi. Net Sol Eco s’est construite avec et pour des femmes. Elles sont aujourd’hui 12 salariées sociétaires, qui officient dans une quarantaine d’entreprises toulousaines. Elles utilisent les produits de l’entreprise Kf2b environnement, installée à Saint Félix Lauragais, spécialisée dans la détergence écologique.

« Je voulais monter une structure qui n’avait pas besoin de subventions. »

Quand Sylvie Torres crée Net Sol Eco en 2006, elle est sûre d’une chose. « Je voulais créer des emplois pérennes, aider des femmes à aller le plus loin possible dans l’indépendance. Et comme je participais au Mirail à une association de femmes, qui avait pour objet de les pousser à l’autonomie, je savais aussi que je voulais monter une structure qui n’avait pas besoin de subventions. »
L’autre certitude tient en un seul mot : la solidarité, une valeur que le statut de SARL classique ne porte pas au frontispice de son fonctionnement interne. « C’est une autre façon d’entreprendre, qui permet de consolider des emplois. Les salariées apprennent à compter les unes sur les autres quand il y a un problème d’enfants à garder, ou autre. Elles apprennent à se parler, à communiquer. Cette année certaines d’entre elles ont pu accéder à une formation pour apprendre à lire et à écrire. » La Scop place la rencontre entre les salariées, et avec les entreprises, au départ de tout projet. Ainsi, la proximité avec des acteurs prépondérants de l’ESS, comme le pôle toulousain de compétences en achat responsable et innovation sociétale, Synethic, lui ouvre les portes de l’Agence de l’eau Adour Garonne et de l’entreprise Ekito.

Une SCOP profilée pour la transmission

Sylvie Torres a étudié les pistes de l’insertion par l’emploi, mais elles ne correspondaient pas à ce profil d’entreprise soutenu par un collectif de salariées, installées pour durer. « Dans le cadre de l’insertion par l’emploi, l’entreprise est une passerelle pour une autre entreprise. Nous voulions former des personnes qui restent et au sein de Netsoleco, voir l’équipe grossir. » La gestion économique de la Scop témoigne de cet attachement et répond également à la question de la succession, de la transmission. « Au bout d’une année les salariées deviennent sociétaires. Le prélèvement statutaire est débattu, et correspond à trois mois de salaire brut. Chaque mois donc, le salarié verse au capital. Si il y a des bénéfices, une part est réservée, 50% environ qui est impartageable. Elle permet de garder la Scop vivante, et d’envisager sa transmission. L’autre part va aux salariées. »

Net Sol Eco réalise un CA de 198 000 euros. Elle a en 2014 mis en place les tickets restaurants pour ses salariées, et leur proposera dès 2015 une mutuelle.
Virginie Mailles Viard