ToulÉco Green

Publié le jeudi 22 octobre 2015 à 17h47min par Virginie Mailles Viard

Toulouse. Le Cluster chimie verte s’ouvre à la Corée du Sud.

Lancé en janvier 2014, le Cluster chimie verte dresse son premier bilan. Un état des lieux qui a démarré sous les auspices d’aventures commerciales et industrielles dans les zones franches de la Corée du Sud.

Il y avait des airs de grands soirs lors de la présentation des premiers pas du cluster chimie verte lancé en janvier 2014. Un invité surprise est venu subitement élargir les horizons mid-pyrénéens. Une délégation franco-coréenne propose aux acteurs industriels du tout jeune cluster - et au delà si affinités - de venir investir la zone franche de Gwangyang dans laquelle se met en place un pôle de recherche et industriel, dont de la chimie verte, et ce depuis le 19 octobre. "Nous avons découvert en venant à Toulouse présenter les avantages offerts aux entreprises que nous avions des projets similaires. Nous pouvons développer des collaborations entre clusters. » Les zones franches économiques coréennes offrent aux sociétés étrangères des infrastructures et des espaces à des prix compétitifs, et une proximité commerciale avec la Chine.

Bernard Plano « Il nous faut accélérer le mouvement »

Si il présente des ambitions sur le sud-est asiatique, et l’envie de croquer dans un marché mondial de 135 millions de dollars, le cluster régional a encore du chemin à faire sur ses terres. Cédric Cabanes, son président, a rappelé les axes stratégiques lancés en 2014 : recensement des matières premières renouvelables sur le territoire, une cartographie des acteurs de la chimie verte qui sera accessible fin 2015, un axe de communication collective, un accompagnement sur une réglementation qui s’empile. Et la création d’un club business pour que se rapprochent des industriels de secteurs différents. Bernard Plano, conseiller régional, a salué des objectifs en voie de développement. "Nous cherchons toujours une chimie respectueuse de l’environnement. Il nous faut développer une économie circulaire, et nous souhaitons que ces initiatives débordent sur la création de valeur, et des emplois. »

Les entreprises se retrouvent dans la mise en réseau et la gestion commune des déchets

Rendre plus propre la production, c’est la quête du Graal, et le leitmotiv des petits comme des gros industriels a souligné Philippe Mailhos, du groupe Pierre Fabre qui développe son pôle chimie synthèse à Gaillac. Constat similaire pour Mepi (la Maison européenne des projets innovants), qui compte sur le cluster pour réaliser des projets et se retrouve dans les objectifs de mise en réseau. « La Corée est un pays qui nous intéresse, nous lançons un partenariat en ce moment avec un équipementier. » Du côté de Syntivia, laboratoire de recherche spécialisé dans la cosmétique, on cherche à mettre en place de la chimie simple, et on loue la démarche du cluster sur l’amélioration du retraitement des déchets. Sodeco, spécialisée dans les produits de traitement industriels, a développé et breveté en interne un solvant de nettoyage « sans pétrole ». La PME familiale, installée à Montauban, compte sur le cluster chimie verte pour développer des échanges avec les industriels, et sur la recherche pour trouver des alternatives aux solvants classiques. Elle se retrouve dans les actions communes menées sur la gestion des déchets, mutualisée avec les adhérents.

Cédric Cabanes a mis en haut de la pile le recensement des matières premières, un état des lieux important qui permettra selon le président du cluster, de positionner les industries par rapport aux marchés, en fonction des matières premières renouvelables. Une approche plus complexe que celle imaginée au départ. Jean-Louis Chauzy, le président du Conseil économique et social de Midi-Pyrénées, s’est lui réjoui de la renaissance du mot chimie, et s’il prédit depuis toujours un avenir autour des agro-ressources, c’est avec la participation des universités et de la recherche régionale. Qui pourtant l’instant ne regardent pas vers la Corée, mais se tourne vers la région Rhones-Alpes.

Virginie Mailles Viard