ToulÉco Green

Publié le vendredi 22 janvier 2016 à 08h38min par Aurélie de Varax

Espace Info Energie, partenaire de « Ma copro bouge » pour accompagner des copropriétés dégradées

Aider les conseils syndicaux des copropriétés de plus de 50 logements en situation fragile, c’est l’objectif de « Ma copro bouge », le dispositif lancé par Toulouse Métropole et doté d’un label. La rénovation énergétique en est un des enjeux.

La copropriété du Lac à la Reynerie, la copropriété Audibert aux Izards, celle du Minervois à Colomiers et la copropriété Belle Paul à Côte pavée ont au moins trois points communs. Elles font partie des 432 ensembles de plus de cinquante lots de la métropole toulousaine, construits dans les années 1960 à 1970. Comme 10% de ce parc immobilier, elles ont été identifiées par l’Observatoire des copropriétés comme dégradées et en situation fragile. Enfin, elle viennent de s’engager dans la seconde édition du dispositif préventif « Ma copro bouge », une initiative innovante de Toulouse Métropole. Car mieux vaut prévenir que guérir.

« Nous sommes la seule collectivité à avoir un dispositif préventif et collaboratif de ce type en France », souligne Franck Biasotto, adjoint au maire et président de la commission Habitat de Toulouse Métropole. « Pour éviter l’opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) qui a un coût non négligeable, il faut agir en prévention. Ce dispositif met à disposition des copropriétés des outils et de l’accompagnement méthodologique. » Fin 2016, un duo conseil syndical-syndic reconnu pour sa gestion saine et innovante d’une copropriété en difficulté sera récompensé par un label scellé dans le béton. L’innovation du projet réside aussi dans sa gestion partenariale entre Toulouse Métropole, l’Espace Info Energie (EIE) et l’Adil 31, l’agence départementale d’information sur le logement.

Espace Info Energie, partenaire technique

Si chaque copropriété a ses propres enjeux techniques (façade, isolation, chauffage), la priorité reste de régler les questions de gouvernance, de gestion financière et de « bien vivre ensemble » comme le souligne Rémi Gayrard, conseiller Info Energie. « La rénovation énergétique reste le volet technique du label et dépendant des autres points mais la force du dispositif partenariale est d’avancer en parallèle sur les sujets. L’année dernière, quatre copropriétés étaient en lice et toutes avaient un objectif sur la rénovation énergétique. » Il faut dire que viser au moins 25% de baisse des factures énergétique, déclenche des aides nationales et régionales conséquentes. Le rôle de l’EIE est donc de convaincre les copropriétés du bien-fondé de lancer un audit énergétique et ensuite de décrypter, pour les scénario envisagés, les aides financières possibles en fonction des niveaux de ressources de chacun.

Selon Rémi Gayrard, « c’est en donnant un maximum d’informations que l’on peut déclencher le vote de la copropriété. Actuellement il y a un réservoir d’amélioration à la jonction entre la bonne gestion collective, financière et les économies d’énergies. Les quatre copropriétés en lice du programme »Ma copro bouge" vont débuter le diagnostic de leurs besoins, première étape de leur feuille de route 2016.
Aurélie de Varax

Sur la photo : le conseil syndical de la résidence Amouroux II (700 logements) a reçu le label 2015 « Ma copro bouge ».