ToulÉco Green

Publié le mercredi 29 février 2012 à 16h29min par Virginie Mailles Viard

Qui sont les ménages de Midi-Pyrénées en situation de précarité énergétique ?

L’étude a été réalisée par l’OREMIP avec l’appui de l’Insee Midi-Pyrénées sur la partie estimation des revenus des ménages.
JPEG - 44.4 ko

En 2007, 13% des ménages de Midi-Pyrénées sont en situation de précarité énergétique ce qui correspond à environ 165 000 ménages.
De l’ordre de 200 000 ménages sont aux portes de la précarité énergétique c’est-à-dire 16% des ménages de la région.

Il ressort de l’étude que les ménages davantage exposés à la précarité énergétique en Midi-Pyrénées sont :
- Les ménages à faible revenu : La quasi-totalité des ménages en situation de précarité énergétique ont un revenu inférieur à 25k€ alors qu’ils représentent la moitié des ménages de la région ;

- Les logements chauffés au fioul ou à l’électricité : 62% des ménages exposés à la précarité énergétique sont chauffés au fioul ou à l’électricité alors qu’ils ne présentent que la moitié du parc régional ;

- Les logements anciens (performance énergétique moindre et donc facture énergétique augmentée) : 70% des ménages en situation de précarité énergétique habitent des logements construits avant 1975 alors que ces logements ne concernent que la moitié des logements de la région ;

- Les retraités : 69% des ménages en situation de précarité énergétique sont des retraités alors qu’ils ne représentent qu’un tiers des ménages de la région. 85% des ménages en situation de précarité sont inactifs professionnellement ;

- Les personnes vivant seules : Alors que les personnes vivant seules représentent un tiers des ménages, elles représentent plus de 70% des ménages exposés à la précarité énergétique ;

- Les ménages habitant des territoires ruraux : La Haute-Garonne regroupe 43% des ménages mais ne représente que 32% des ménages en situation de précarité énergétique ;

Les locataires ne sont pas plus exposés à la précarité énergétique que les propriétaires : La répartition des ménages en situation de précarité énergétique en fonction de leur statut d’occupation est proche de la structure régionale.

Caractérisation de la précarité énergétique en Midi-Pyrénées en 2008

En 2008, en raison du pic pétrolier (+28% du prix du fioul, +10% du prix du gaz et du GPL, électricité et bois stables) 32 000 ménages supplémentaires sont en situation de précarité énergétique.

Les ménages se chauffant au fioul, habitant des logements construits avant 1975, les retraités, les personnes habitant seules, propriétaires, en territoires ruraux, sont les plus touchés par la hausse du prix des énergies de 2008.

En 2008, 15,6% des ménages de Midi-Pyrénées sont en situation de précarité ce qui correspond à environ 200 000 ménages.
Ainsi la hausse du prix des énergies entre 2008 et 2007 a fait basculer 32 000 ménages en situation de précarité énergétique.

Conclusion

Cet exercice a pour objectif d’approcher la réalité à partir d’une reconstitution statistique reposant sur des données moyennes et sur un jeu d’hypothèses.
Aussi deux autres simulations ont été réalisées :
En 2008, le taux de précarité est estimé à 14,6% si on suppose qu’une personne vivant seule ne chauffera pas plus de 100m2 ; le taux de précarité est estimé à 16,5% si on suppose qu’en moyenne les petits logements ont une surface de 17m2 et non de 12m2.

L’étude met en évidence l’impact de l’augmentation du prix des énergies sur le taux de précarité énergétique. Une augmentation de 10% du prix de l’ensemble des énergies augmenterait le taux de précarité énergétique de 4 points toutes choses égales par ailleurs.
Pour 1/3 des ménages, la facture énergétique pèse lourdement dans le budget (plus de 7% du revenu disponible). En effet, plus de 30% des ménages de Midi-Pyrénées sont soit en précarité énergétique soit aux portes de la précarité énergétique.

L’exercice ne porte que les consommations énergétiques liées à l’habitation. Les déplacements ne sont pas pris en compte.

Pour en savoir plus : www.oremip.fr (catalogue des publications)
En photo : une campagne réalisée par la Fondation Abbé Pierre.