ToulÉco Green

Publié le jeudi 4 octobre 2018 à 18h14min par Johanna Decorse

L’Occitanie s’emballe pour le tri et le recyclage

En 2017, chaque habitant de la région Occitanie a trié en moyenne 72,6 kilos d’emballages ménagers et de papiers contre 69,7 kilos au plan national. Il faudra faire beaucoup mieux d’ici 2022 quand sera appliqué dans la France entière le tri de tous les emballages plastiques.

En progrès mais peut mieux faire. C’est le bilan dressé par Citeo, l’éco-organisme issu du rapprochement opéré en septembre 2017 entre Eco-Emballages et Ecofolio, pour les chiffres du tri en 2017 en Occitanie. L’année dernière, les 5,6 millions d’habitants de la région se situaient 4% au-dessus de la moyenne française avec 72,6 kilos de papiers et emballages triés et recyclés par habitant sur une année.

Soit 22,8 kg/hab/an pour les papiers (+9,5% par rapport à la moyenne nationale) et 18,9kg/hab/an pour les emballages en plastique (+10%). Il n’y a que pour le verre avec 30,9kg/hab/an que la tendance est inversée (-2,5%), ce qui place l’Occitanie au 11e rang sur treize régions. A l’échelle de la Haute-Garonne, les chiffres sont moins bons que les moyennes régionale et nationale avec 60,6kg/hab/an au global.

Les villes mauvaises élèves

« Pour réduire l’impact environnemental des emballages et des papiers, le plan d’action de Citeo dans la région est d’abord de développer le tri en ville car on trie deux fois moins bien dans les agglomérations qu’à la campagne. Les points de collecte vont se multiplier pour améliorer les performances. A Toulouse, l’installation de 416 bornes supplémentaires de récupération du verre en 2016 a permis de faire progresser la collecte de 10% entre 2014 et 2016 », explique Laure Poddevin, directeur régionale de Citeo.

Mais c’est le tri des emballages en plastique qui constitue le plus gros enjeu. En effet, chaque année, plus d’un million de tonnes d’emballages en plastique sont utilisés par les Français, mais seuls 28% sont recyclés. La raison est purement technique. Lorsque la mise en place du tri des emballages a démarré en France en 1992, seuls les bouteilles et les flacons étaient concernés. « Il y a vingt-cinq ans, on n’avait pas de filière de recyclage pour toutes les familles de plastiques. Grâce aux progrès techniques et industriels accomplis depuis, on estime aujourd’hui que la majeure partie des emballages pourrait être recyclée. », précise Laure Poddevin. D’où l’objectif de 100% tri d’ici 2022 sur l’ensemble du territoire national.

27% de l’Occitanie concernés par le 100% tri

Amorcée en 2012, l’extension des consignes de tri à tous les plastiques concerne aujourd’hui 15 millions de Français. En Occitanie couverte à 27%, seuls les habitants du Gers, du Lot, des Pyrénées-orientales, d’une partie du Gard ou encore de la Lozère peuvent trier sans réfléchir tous leurs emballages en plastique y compris les pots de yaours, films, barquettes et sachets… Dans ces départements, simplifier le geste du tri a permis de générer 2 kilos supplémentaires par habitant et par an de déchets recyclés, sans compter l’effet d’entraînement sur les autres matériaux souligne-t-on chez Citeo. Dans le cadre de cette « montée en puissance progressive », l’éco-organisme va procéder par appel à projets jusqu’en 2022. C’est en effet aux collectivités de se porter candidates pour être financées. Les résultats de la première vague seront connus le 30 octobre. Les Toulousains devront malheureusement attendre car la métropole doit encore moderniser ses centres de tri pour être capable de recycler toutes les familles de plastiques.
Johanna Decorse

Sur les photos :
En haut : Seuls 15 millions de Français peuvent aujourd’hui trier tous leurs emballages plastiques. Quant au papiers, ils sont déjà tous recyclabless Crédit ©Citeo - William Alix - Sipa Press.

En bas : L’objectif pour 2022 est que 100% de la population régionale et française puisse trier tous ses emballages, y compris en plastique. Crédit ©Citeo - Pierre Antoine.