ToulÉco Green

Publié le mercredi 12 juillet 2017 à 18h46min par Aurélie de Varax

Depuis Nîmes, succès pour les huiles bio Cauvin distribuées en grande distribution

Un déménagement à la Zone Mitra pour des locaux plus grands, un chiffre d’affaires multiplié par quinze en douze ans et de nouvelles perspectives, les huileries Cauvin créées en 1951 à Nîmes ont remonté la pente grâce à leur pari de distribuer des huiles bio en grande surface.

Spécialisées dans les huiles végétales pour l’industrie agroalimentaire depuis trois générations, les Huileries Cauvin ont élargi leur gamme en proposant notamment des huiles biologiques, soit 47% du chiffre d’affaire en 2016 contre seulement 22% en 2008. Ce virage au bio s’accompagne d’une belle croissance pour l’entreprise de 39 salariés puisqu’en douze ans, le chiffre d’affaires a été multiplié par quinze, bondissant à 25 millions d’euros en 2016.

La société s’est également offert une nouvelle adresse en avril dernier, dans la Zone Mitra, entre les communes de Garons et de Saint-Gilles dans le Gard. La nouvelle infrastructure s’articule désormais dans plus de 5000 mètres carré bâtie sur un terrain de 15.000 mètres carré pour un investissement de 6 millions d’euros, notamment financé avec des aides de l’Europe et la Région. Une évolution remarquable pour cette huilerie qui a vu le jour en 1951 à Nîmes, lancée par Gilbert Cauvin. En 1985 lui succède Gérard Cauvin, son fils, toujours cogérant aujourd’hui aux côtés de l’actionnaire majoritaire depuis 2004, Serge Filhol. Pour accompagner cette croissance, le PDG ambitionne de franchir la barre des cinquante salariés à l’horizon 2018.

Une nouvelle stratégie payante

C’est sous l’impulsion de Serge Filhol que les huileries Cauvin s’engagent dans une nouvelle stratégie : la distribution en grande surface d’huiles conventionnelles et biologiques. « C’était un réel pari, car à l’époque la grande distribution n’était pas prête pour les produits bios. Nous sommes allés voir ce qui se faisait dans les magasins spécialisés et nous avons vu qu’il y avait un créneau à exploiter », précise Karine Voinchet, directrice marketing.

Un pari réussi puisque le chiffre d’affaires a bondi de 100.000 euros en 2004 à un prévisionnel de 30 millions d’euros en 2017. Avec huit millions de bouteilles d’huiles premium, bio et rares, vendues en 2016, le PDG espère atteindre en 2018 dix millions de bouteilles vendues, et ainsi doubler le groupe Carapelli, second acteur du marché français, derrière le leader Lesieur Puget. Au total, la gamme des huiles Calvin compte 65 huiles, dont 33 références en bio qui seront notamment présentées dans le magasin d’usine de 60m² au cœur des nouveaux locaux. L’inauguration officielle de la nouvelle usine est prévue pour septembre.
Coralie Pierre

Photo DR