ToulÉco Green

Publié le mercredi 23 avril 2014 à 17h30min par Aurélie de Varax

Soyez performants, devenez Acteurs de la Biodiversité

Pas d’économie sans biodiversité. Alors que le projet de loi biodiversité qui crée l’Agence française pour la biodiversité vient d’être déposé au Parlement, l’association Acteurs de la Biodiversité part en croisade en Midi-Pyrénées. Car la biodiversité est un levier de performance.

Ce jeudi 24 avril, la dizaine d’adhérents de la toute jeune association midi-pyrénéenne Acteurs de la biodiversité, fait sa grand messe. L’occasion d’un partage de best practices et de recruter de nombreux membres - collectivités, entreprises ou institutions. Selon Emmanuelle Parache, secrétaire générale de l’association Acteurs de la Biodiversité et fondatrice de Biocenys, « les acteurs s’imaginent souvent que pour engager des actions, il faut faire des études, que c’est cher et compliqué ». L’association leur oppose son pragmatisme. Les membres signent une charte et ce faisant, ils s’engagent volontairement à choisir et remplir deux des actions ciblées. Un défi qu’affrontent les industriels Entreprise Malet et Sita Sud Ouest ou encore le Groupe 3X Consultants.

La biodiversité a un impact direct sur l’économie
Rien que les services rendus par les prairies sont évalués entre 1100 et 4600 euros par hectares et par an. Emmanuelle Parache rappelle que « la sensibilisation à la biodiversité est un axe fort de la transition énergétique ». Et même si la protection de la nature est souvent perçue par l’entreprise comme un poste de coûts, les mentalités sont appelées à changer. Et rapidement. « Le décret passé en juin 2013 qui oblige les entreprises de plus de 500 salariés a établir un rapport annuel de développement durable incluait la création d’un indicateur biodiversité ». Le Medef a d’ailleurs créé un groupe de travail sur le sujet et certains pays comme la Suède ont déjà une taxe sur le capital naturel.

L’Entreprise Malet, engagée volontaire
Pour mener à bien les chantiers de ses clients, l’entreprise Malet a besoin de cailloux et de centrales d’enrobages. Elle détient donc six carrières en Midi-Pyrénées, des ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) sous réglementation. « Nous avons l’obligation d’une remise en état du site utilisé, » souligne Carole Burgué-Mazars, responsable environnement. Surtout, l’entreprise a des options volontaristes. Quatre de ses carrières sont certifiées « Qualité et Environnement » sous le référentiel de l’Unisem (L’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction) avec 75% de bonnes réponses. Et en 2008, avec l’accompagnement de la Fédération nationale des travaux publics, Malet a réalisé son diagnostic RSE. Et choisi de s’engager sur le volet biodiversité en 2013. Parmi les actions volontaires : un hôtel à insectes et des ruches installées au siège, une action annuelle auprès des collaborateurs lors de la journée mondiale de l’environnement et surtout la sensibilisation des clients. « Lorsque nous répondons à un appel d’offre sur un chantier où le client peut être sensibilisé, nous proposons des actions de protection de la biodiversité : nichoirs, hôtels à insectes, suivi des bio-indicateurs, déplacement des arbres. » En retour, ces investissements permettent de se différencier des concurrents et d’être plus performant pour ses clients et ses collaborateurs. « Un jour, cela aussi sera chiffrable », conclut Carole Burgué-Mazars.
Aurélie de Varax
Sur la photo : un hôtel à insectes. Photo Biocenys.