ToulÉco Green

Publié le jeudi 6 février 2014 à 09h24min par Virginie Mailles Viard

Signature du pacte Blé Agri-Ethique en Midi-Pyrénées



En 2014, autour du pacte Blé Agri-éthique, la filière régionale s’organise, et tourne le dos aux aléas boursiers.

 La boulangerie Deleuze à Saint-Jory (31) s’engage pour proposer au consommateur un pain 100% local.


Le marché boursier a dévié le rapport des agriculteurs et des meuniers à la matière première. Elle est devenue secondaire. La priorité pour ces producteurs est devenue une courbe sur un ordinateur. « La mondialisation nous pousse à endosser un costume qui n’est pas le nôtre. » regrette Hervé Casagrande, à la tête de la minoterie Moulin de Rivières dans le Tarn. « Aujourd’hui, les écarts sont de 100 € la tonne de blé une année, puis 200 € l’année suivante. Quand on achète ou vend 10 000 tonnes de farine par an, faites le calcul…. »




Le contexte de dérégulation du marché des céréales a transformé les agriculteurs et les minotiers en traders. Pour la boulangerie Deleuze installée à Saint-Jory en Haute-Garonne, la minoterie Moulin de Rivière basée dans le Tarn, la signature du pacte Blé Agri-éthique ramène la profession vers son coeur de métier : faire du pain, avec du blé et de la farine produite en région, et in fine pour le consommateur consommer un pain local.

Le pacte Blé Agri-Ethique



Pour se recentrer sur son travail - nourrir la population - une partie de la profession adhère au pacte Blé Agri-Ethique. Elle s’engage dans une démarche d’agriculture raisonnée, sociale, et locale. Le pacte Blé Agri-Ethique assure à l’agriculteur un prix fixe du blé sur 3 ans, ce qui lui permet de ne plus être rivé sur les cours de la bourse. Cette rémunération doit lui permettre « de rentabiliser son exploitation, et d’être protégé des risques de la mondialisation des marchés agricoles. » précise Ludovic Brindejonc, directeur d’Agri-Ethique France . « La volatilité des matières premières a un impact très lourd sur la filière. Elle représente un gros risque financier, qui peut mettre en péril une entreprise. Nous aidons ces professionnels à se déconnecter de la spéculation, ce marché que l’on ne maîtrise pas. »

Pour le boulanger Stéphane Deleuze, installé à Saint-Jory, cette démarche permet au consommateur « d’avoir une baguette 100% locale, dont le prix restera fixe pendant 3 ans. Cette démarche valorise notre notre métier et notre savoir-faire artisanal. Nous participons à notre échelle, à contrer la standardisation des produits des multinationales pour des produits dits de proximité ». Pour le minotier Hervé Casagrande qui s’engage à travailler avec des agriculteurs sur son territoire, il s’agit de maintenir ainsi l’emploi local, et de faire chuter l’impact des transports. « Comme nos vieux faisaient autrefois avec leur âne. On revient à des choses simples. »


Le pacte Agri-Ethique a vocation à s’étendre aux autres filières agro-alimentaires : le vin, les oeufs et le lait.

Virginie Mailles Viard

Légende photo (de gauche à droite) :
Vendeuse Fabienne Scherrer
Apprentie vendeuse Mélanie Tolleron
Meunier (Moulin de Rivière) Hervé Casagrande
Agriculteur Jean Combebiac
Employé boulanger Sébastien Maurel
Coopérative Epi Salavagnacois Rémy Andrieu (en arrière plan)
Le Boulanger Mr Deleuze (1er plan)
3 apprentis Pierre Damien, Sonny Begue et Benjamin Nonorgue
AgriEthique Ludovic Brindejonc
La boulangère Mme Deleuze

Blé Agri-Ethique en chiffres (février 2014)

  • Plus de 500 agriculteurs engagés
 - 3 coopératives signataires pour 30 000 tonnes de blé - 7 minoteries partenaires
  • environ 130 boulangeries artisanales partenaires
  • Objectifs : 80 000 tonnes de blé à 3 ans