ToulÉco Green

Publié le jeudi 5 octobre 2017 à 15h18min par Aurélie de Varax

Savez-vous que les salins d’Aigues-Mortes sont la deuxième richesse biologique mondiale ?

Première richesse : la forêt tropicale, ensuite les salins d’Aigues-Mortes, en Camargue. Avec 8000 hectares classés Natura 2000, 200 espèces d’oiseaux et 200 espèces de végétaux répertoriées, les salins fonctionnent en écosystème avec la nature pour garantir la qualité du sel.

Au détour d’une table salante, un héron prend son envol. Alors que la saison du sel s’achève, une balade axée sur la biodiversité est l’occasion de découvrir toutes les richesses des salins d’Aigues-Mortes. « Nous avons lancé ces balades biodiversités non polluantes, à pied ou à vélo, au début de cette saison, en avril » précise Alicia Deleuze, guide conférencière sur les salins du Midi. Formée par Natura 2000, Alicia guide les touristes sur 8000 hectares parmi les oiseaux d’eau douce, les oiseaux migrateurs et bien sûr les emblématiques flamants roses. Au programme, la découverte de cette zone humide aussi vaste que la ville de Paris, première réserve de flamants roses et aire de jeux de plus de 200 espèces d’oiseaux dont 157 sont protégées. La moitié des oiseaux du monde dépendent de cette zone humide protégée en Camargue.

Le salin accueille ainsi entre 5000 et 10 000 flamants roses toute l’année. La récolte du sel depuis des centaines d’années a également favorisé une flore spécifique comptant 208 espèces végétales dont 20 sont protégées. Si les salins du Midi sont avant tout une industrie, la compagnie des salins du Midi a à cœur de ne générer aucune pollution pour la production de son sel marin, vendu notamment sous la marque « La Baleine ».

Au cœur des priorités : préserver l’environnement

Et c’est finalement l’activité salicole du salin d’Aigues-Mortes et ses 250.000 tonnes de sel produites chaque année qui a permis de préserver des milliers d’hectares d’espaces naturels sur le littoral méditerranéen. « Les sauniers sont des gardiens de la nature, ils font tout pour tirer avantage de ses bienfaits sans jamais la perturber. En juin dernier, nous avions des naissances de flamants roses sur le site. Les sauniers ont donc décidé de changer leur parcours habituel d’accès aux 40 tables salantes pour ne pas gêner ces naissances. Rien ne les obligeait à le faire, mais c’est cette biodiversité qui amène un produit de qualité », livre Alica Deleuze. Très engagé dans la préservation et la conservation de cette biodiversité, le Salin a signé en 2009 la charte Natura 2000 de Petite Camargue et est également engagé dans le programme Life depuis 2011.

Chaque année, 200.000 euros sont investis pour la préservation du littoral. Les techniciens du salin ont aménagé des îlots de nidification pour favoriser les naissances d’oiseaux dans un endroit sécurisé des prédateurs. C’est ainsi le seul site accueillant des goélands railleurs reproducteurs en France. Autre exemple d’actions entreprises par la compagnie des salins pour protéger les oiseaux et leur espace naturel, l’enfouissement des lignes électriques pour éviter les risques de collisions des oiseaux avec les câbles.

Au total, 180 personnes travaillent aux salins pour un chiffre d’affaire de plus de 136 millions d’euros. Pour ses actions en faveur de la protection des oiseaux, la compagnie des salins du Midi a été récompensée cinq fois dont en 2010 avec le Grand Prix Natura 2000, en 2011 par le Prix Entreprises et Environnement ou en 2013 par la Marianne d’Or du Développement Durable.
Coralie Pierre

Photo DR.