ToulÉco Green

Publié le jeudi 16 février 2017 à 15h22min par Aurélie de Varax

Savez-vous que le Greenwall - mur végétal modulable - est né en Occitanie ?

On l’oublie mais le Greenwall, ou mur végétal modulable, qui envahit désormais nos villes, est une invention de l’architecte montpelliérain Jean-François Daures. Objectif : réduire la pollution sonore, améliorer la thermique et l’étanchéité des bâtiments, et réintégrer la biodiversité.

« Il faut réconcilier l’homme et la plante et faire revenir celle-ci sur les bâtiments ». C’est sur ce constat que Jean-François Daures a mis au point le désormais célèbre brevet greenwall, entré dans livre Guiness des records avec la réalisation du plus grand mur vertical végétalisé au monde à Milan, en 2013. « Ce que je propose, c’est du développement durable, un vrai système d’architecture qui permet de végétaliser les bâtiments à des fins non pas seulement esthétiques, mais aussi techniques », précise Jean-François Daures. En effet, cette réalisation particulièrement innovante revêt de nombreux bénéfices pour les bâtiments.

« Le greenwall Végétalis permet d’améliorer le bilan thermique du bâtiment amis aussi de réduire la la pollution sonore ». Dix-neuf décibels acoustiques audibles sont ainsi absorbés, soit le plus haut niveau de performances acoustiques. « C’est comme un panneau absorbant dans les salles de conférences » compare Jean-François Daures qui ajoute : « Le pouvoir d’absorption du son d’un mur végétal est tel qu’un passant peut entendre la différence à l’oreille ». De plus, le greenwall est également l’occasion de dynamiser la biodiversité locale. « Je fais attention de sélectionner des plantes locales, voire endémiques (qui ne poussent qu’à cet endroit-là) sous leur forme sauvage ».

Une invention made in Occitanie, soutenue par la Région

Pour en arriver à un tel résultat, l’architecte a réuni au début des années 2000 un collège d’expert issu des mondes du bâtiment (ingénieurs structures, acousticiens, thermiciens), et des plantes (agronomes, botanistes ou phytosociologues). Un projet de recherche est alors financé par la région à hauteur de 200.000 euros permettant à l’architecte de développer son brevet, épaulée par le Cirad, le CNRS et l’Inra.

La société JEI Greenwall basée à Alès est créée en 2003. Avec l’appui de huit collaborateurs, elle commercialise le brevet Végétalis dans toute l’Europe, permettant ainsi la création de près de 10.000 mètres carrés de murs végétaux. C’est à l’école d’architecture de Montpellier que le premier prototype verra le jour. Ailleurs en Occitanie, on retrouve le travail de Jean-François Daures à Toulouse, où un greenwall a été créé derrière la gare Matabiau au carré Marengo, en 2006. Si la société JEI Greenwall n’existe désormais plus, Jean-François Daures continue d’exploiter le brevet Végétalis au sein de son agence architecturale Vision. Il fait actuellement des tests performentiels sur les gains thermiques du mur végétal sur le bâtiment.
Coralie Pierre

Sur la photo : Jean-François Daures peaufine un mur végétal. Photo Pascal Fayolle.