ToulÉco Green

Publié le jeudi 27 décembre 2018 à 18h30min par Johanna Decorse

Qualité de l’eau : le plan à 1,6 milliard d’euros d’Adour-Garonne

article diffusé le 13 décembre 2018

Le 11e programme d’intervention de l’agence Adour-Garonne prévoit 1,6 milliard d’euros d’aides à l’investissement sur la période 2019-2024. 250 millions par an seront mobilisés pour améliorer la quantité et la qualité de l’eau dans le bassin, en priorité en milieu rural.

Les projections sont claires. A échéance 2050, le déficit en eau dans le bassin Adour-Garonne pourrait atteindre 1,2 milliard de m3, soit la moitié de la consommation actuelle. Et d’ores et déjà, 55% des 3000 masses d’eau de ce même territoire ne sont pas en bon état. Face au double enjeu du changement climatique et d’une population qui ne cesse de croître, il y a urgence à mettre en œuvre une meilleure gestion quantitative et qualitative de la ressource. Economiser l’eau, réduire les fuites qui s’élèvent à 90 millions de m3 chaque année, freiner les pollutions, la ligne de route de l’établissement public est tracée mais les retards accumulés, difficiles à rattraper.

Dans son programme d’intervention qui va courir sur la période 2019-2024, l’agence de l’eau Adour-Garonne va mobiliser 1,6 milliard d’euros d’aides à l’investissement à destination des collectivités sur six ans, soit en moyenne 250 millions par an - contre 270 millions pour le plan précédent - orientés à 84% vers les territoires ruraux.

Un plan plus « sélectif et responsable »

« Les grands enjeux de ce programme sont la reconquête de la qualité des masses d’eau, l’adaptation au changement climatique et la solidarité avec le monde rural. Il sera plus sélectif et plus responsable. Un prix minimum de 3,96 euros/m3 HT sera exigé pour tout dossier de financement d’eau potable et d’assainissement. Il sera aussi pluriannuel pour nous permettre de rattraper notre retard en matière de qualité des réseaux », explique Anne-Marie Levrault, présidente du conseil d’administration d’Adour-Garonne.

Dispositif phare de ce 11e programme, un appel à projet pour le renouvellement des réseaux d’eau potable démarrera le 7 janvier et permettra aux collectivités rurales candidates de disposer d’une offre financière conjointe entre la Caisse des dépôts et l’agence de l’eau qui mettra sur la table 35 millions d’euros par an (voir encadré).

« Actuellement, le taux de renouvellement des réseaux d’eau potable dans le Sud-ouest qui représentent 116 .000km est de 0,43% par an. A ce rythme-là, il faudrait 200 ans pour renouveler toutes les installations », explique Guillaume Choisy, directeur général d’Adour-Garonne . « Notre objectif est d’arriver à 1%. Si on ne traite pas les problèmes à la source, le coût de l’eau en milieu rural, déjà plus élevé qu’ailleurs, explosera. La fracture avec les zones urbaines est déjà visible dans le bassin ».
Johanna Decorse

Sur la photo : Dans son plan d’investissements de 2019 à 2024, l’Agence de l’eau Adour-Garonne veut mettre en œuvre une meilleure gestion quantitative et qualitative de l’eau. Crédits : Ph.F - ToulÉco

Appel à projet

Dans le cadre de l’appel à projet « Renouvellement des réseaux d’eau potable », la Caisse des dépôts et consignations, via la Banque des territoires, et l’agence de l’eau proposent une offre financière conjointe qui combine emprunt de longue durée, de 25 à 60 ans et prise en charge partielle des intérêts de la dette. L’appel à projet cible uniquement les travaux pour les usages d’alimentation en eau potable situés en zone de revitalisation rurale. Adour-Garonne prendra en charge pendant dix ans, dans la limite de 350.000 euros, les intérêts de l’emprunt mobilisé auprès de la Banque des territoires. Cette dernière pourra apporter un financement en prêt dans le cadre d’une enveloppe nationale de 2 milliards. Sur la base de projets allant de 700.000 à 1 million d’euros, l’agence estime qu’une cinquantaine de collectivités pourraient être accompagnées en 2019. La date limite pour l’envoi des dossiers de candidature est fixée au 30 septembre 2019.