ToulÉco Green

Publié le jeudi 19 novembre 2015 à 11h50min par Virginie Mailles Viard

Produit à Auch, le Colibus d’Univers VE Helem, entre dans l’ère industrielle

Après avoir déposé le bilan en juillet 2014, la société Helem redémarre. L’entreprise gersoise a été rachetée par Univers VE spécialisé dans l’industrie automobile. La société gersoise devient Univers VE Helem, conserve son siège social à Auch, ainsi que la production de Colibus, l’utilitaire 100% (...)

Univers VE Helem semble enfin bénéficier des conditions pour tenir le cap fixé en 2014 : faire de Colibus, véhicule utilitaire 100% électrique spécialisé dans le transport de marchandises en milieu urbain, la référence en termes de confort, d’efficacité, et d’exigences environnementales. Les homologations européennes ouvrent les frontières de l’Allemagne, de la Norvège, ou encore des Pays-Bas. La possibilité de pouvoir rouler à 80km/h sur les voies rapides, et une prime d’Etat de 6 300 euros ont fini de propulser Colibus en tête de circuit. Autant de leviers qui ont permis à l’utilitaire d’amorcer une renaissance inespérée, et ce en toute sérénité explique Daniel Nowacki, directeur industriel. « La prime d’Etat rend le véhicule plus accessible. L’accès aux voies rapides, la possibilité de pouvoir rouler au-delà des 60km/h qui étaient jusque-là notre limite, sont de réels atouts. Et le rachat par le groupe Univers VE nous permet de travailler sereinement. La société a misé sur un business plan ambitieux et réaliste. »

Un produit mature pour un marché qui roule pour la transition énergétique

L’écurie Colibus propose désormais une version dotée d’une autonomie de plus de 120 kilomètres, d’un faible encombrement pour une capacité maximale, avec 8m3 et 850 kilos de charge utile. On peut le croiser dans les rues de Toulouse, Bordeaux, Paris, Strasbourg ou Aix en Provence. « Notre bureau d’études étoffe la gamme autour de Colibus, avec le transport du froid. Nous entrons dans l’ère industrielle, avec des lignes de production qui vont produire 200 véhicules en 2016. Nous fabriquons en fonction des commandes. » 

Ainsi, aux clients historiques que sont DHL, Exapaq ou La Poste, s’adjoindront les professionnels de la livraison des plateaux repas des écoles ou des EHPAD. L’entreprise mise beaucoup sur ce nouveau marché, et le Colibus version froid est d’ores et déjà sur les starting block. « Notre produit est mature », estime Daniel Nowacki. « Le marché, intéressé par les qualités d’un tel véhicule, nous tire en avant. Les poids lourds ne pourront plus passer dans les villes, à Paris, à Toulouse… Aujourd’hui, nous sommes seuls à fournir un utilitaire de ce gabarit. » Cette montée en puissance s’accompagnera d’un plan de recrutement local, pour gonfler des effectifs qui se montent aujourd’hui à vingt-cinq salariés. 

Virginie Mailles Viard

2 Commentaires

  • Le 20 novembre 2015 à 09:03 , par Furax

    Super ! Aujourd’hui on se félicite de voir un repreneur pour l’entreprise Helem, et c’est vrai que c’est bien que l’entreprise puisse repartir, c’est bien pour les salariés, c’est bien aussi pour l’environnement … mais c’est néanmoins oublier qu’à l’origine de ce projet il y avait des gens qui ont eu l’idée, qui ont investit leur temps et leur argent et qui ont probablement tout perdu.
    Alors c’est facile pour un groupe d’arriver une fois que le plus dur est fait, de rafler la mise pour une bouchée de pain et de jouer les sauveurs mais pour moi ce sont surtout des profiteurs. Pourquoi ne sont-ils pas intervenus plus tôt, avant le dépôt de bilan ?
    Dans ce genre d’histoire, il est triste que les créateurs perdent tout au bénéfice de profiteurs qui n’ont pour seul talent que d’avoir de l’argent.

Répondre à cet article