ToulÉco Green

Publié le mardi 23 septembre 2014 à 20h41min par Aurélie de Varax

Première édition de La start-up est dans le pré en pays du sud toulousain

Sur un territoire propice à la création d’entreprise, le Club des entrepreneurs du Volvestre organisait les 20 et 21 septembre La start-up est dans le pré. Un concours de talents salué par la visite de Carole Delga, secrétaire d’État chargée du Commerce et de l’Économie sociale et (...)

Dans un petit coin de paradis du pays du sud toulousain, les 20 et 21 septembre, ils étaient plus de cinquante candidats à participer au green booster organisée par le Club des entrepreneurs du Volvestre, sur le modèle La start-up est dans le pré. Une rencontre originale, sous forme de concours à la création d’entreprise, concoctée par l’agence en marketing et en innovation Visionari qui essaime son concept aux quatre coins de l’hexagone. Qu’est aquò ? Sur un territoire donné, des porteurs de projets ou des personnes prêtes à vivre l’aventure de l’entrepreneuriat se rencontrent et unissent leurs talents pendant deux jours pour peaufiner les meilleurs idées dans la confrontation à un panel d’experts et de coachs.

« C’est devenu un concours de création pour animer et fédérer des territoires ruraux et rurbains », explique Dominique Valentin, président du Club des entrepreneurs du Volvestre. « Les participants ont un projet mais n’ont pas encore d’équipe ni de modèle structuré. » Ils trouvent en deux jours l’environnement qu’un créateur met plusieurs mois à construire.

Trois projets primés sur le territoire
Sur les trente-deux projets présentés, douze ont passé l’étape de la« foire aux bestiaux », le pitch inaugural permettant de convaincre le jury d’expert et de recruter d’autres collaborateurs. Suite au marathon d’équipes des deux jours, cinq projets étaient sur le podium à l’issue du week-end, dont trois projets territoriaux : Shaker, une solution web permettant de trouver rapidement des prestataires et partenaires pour des activités de loisir en extérieur, Automne Occitan qui allie agriculture et solutions innovantes pour produire et commercialiser du safran en Volvestre, et enfin Saceh le G5 qui propose des solutions d’accueil pour les jeunes enfants atteints de handicap.

« Je venais pour tester mon leadership et mon idée. Je repars avec un projet qui tient la route, un associé et un réseau », témoigne Julien Cousin, du projet Shaker. Sans oublier dans son escarcelle de lauréat : deux jours de stratégie d’entreprise et de l’accompagnement web.

Être un fil vert de la ville rose

Pour Dominique Valentin, la création d’entreprise n’est pas l’apanage des seules métropoles et le fait de s’affranchir des contraintes de mobilité appelle l’épanouissement des salariés. Créer des écosystèmes de micro-entreprises dynamiques et solidaires en milieu rural et périurbain est donc un enjeu d’avenir. Pour cette première édition de La start-up est dans le pré en Midi-Pyrénées, l’entrepreneur est fier d’avoir su « fédérer le conseil régional, les chambres consulaires et les mairies du pays sud-toulousain (tous partenaires de l’événement, NDLR), en s’affranchissant des rivalités politiques. » Et d’avoir eu l’honneur de la visite de la secrétaire d’État Carole Delga. Une visite qui illustre la légitimité de l’initiative.

Pour la prochaine édition du concours, « on sera moins sur de la graine et plus sur de la jeune pousse avec une volonté de ls’enraciner sur le territoire ». Ayant gagné ses lettres de noblesse, le club d’entrepreneurs ambitionne aussi de travailler en concertation avec de grosses structures comme l’agence régionale Midi-Pyrénées Expansion.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Julien Cousi, Maxime Pawlak, Maxime Le Goueff et Matthieu Boué, les porteurs du projet Shaker, médaille d’argent du concours La start-up est dans le pré. Photo Bel et Bien Vu, Loïc Bel.

1 Commentaire

Répondre à cet article