ToulÉco Green

Publié le mercredi 10 septembre 2014 à 18h20min par Aurélie de Varax

P3 Gen peaufine sa transition énergétique

C’est l’Innovation Connecting Show que P3 Ingénieurs a choisi pour lever le voile sur P3 Gen, sa nouvelle marque dédiée au management de l’innovation. Du 16 au 18 septembre, l’entreprise y présentera un projet de pile microbienne et de micro-méthanisation à la ferme.

Depuis deux ans, P3 Ingénieurs, la filiale française du cabinet de conseil P3 Group dédiée à la gestion de projets dans l’aéronautique, effectue sa mue. Une mue quelque peu subie par la baisse des programmes de développement chez Airbus mais que l’entreprise compte bien transformer en atout, comme le souligne Richard Morisan, chef de projet innovation. « Nous avons des personnes disponibles pour d’autres projets. Pour survivre, il faut innover ». Expert de l’innovation au service de l’industrie et spécialisé dans le prototypage, Richard Morisan a rejoint P3 Gen il y a deux ans pour mener des projets « complexes, innovants et durables » au sein du département Énergies Nouvelles, créé en 2010.

La preuve par l’exemple
C’est la stratégie choisie par l’entreprise pour sa diversification. « Pour illustrer notre management de projets innovants auprès de nos prospects, nous développons des projets en interne, de l’idée jusqu’au démonstrateur, » explique Richard Morisan. Deux des innovations du département Energies Nouvelles seront présentées à l’Innovation Connecting Show à Toulouse : une pile microbienne (transformation des eaux usées en énergie électrique) et un processus de micro-méthanisation à destination des fermes.

Ces deux innovations sont issues du P3Lab, une sorte de laboratoire de projets où les professeurs tournesol, marketeurs et mathématiciens inventent le monde de demain. « Sur notre site de Cornebarrieu, nous sommes une centaine de consultants avec une vingtaine de nationalités et une multitude de compétences : des docteurs en mécanique, informatique, biologie, design, organisation et aussi des ingénieurs mécanicien, électricien, énergéticien, des spécialistes de l’éco-conception, de l’informatique, des juristes et des marketeurs. »
Réunis en petit-déjeuner de la créativité deux fois par mois, cette équipe bigarrée a proposé une multitude d’innovations qui ont été ensuite soumises à un panel « taillé pour innover » avec des profils psychologiques adaptés selon les principes de la méthode Belbin (outil permettant d’évaluer la coopération). Une fois générées, les meilleures idées ont été sélectionnées.

Le projet le plus avancé est celui sur la micro-méthanisation à la ferme. « Nous terminons l’étude de faisabilité technico-économique en lien avec des experts, laboratoires de recherche, écoles et industriels » souligne Richard Morisan qui préfère rester discret sur les membres de ce consortium. « Nous recherchons maintenant des investisseurs pour passer en mode projet. » Au sein du département Energies nouvelles, d’autres idées en phase projet n’attendent que des partenaires industriels ou financiers pour prendre leur envol, des projets aussi innovants qu’utiles pour la planète, par exemple dans les smartgrids ou la valorisation des déchets.
En 2013, P3 Gen a généré 13,6 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Richard Morisan, chef de projet innovation. Crédits : Hélène Ressayres Touléco.