ToulÉco Green

Publié le jeudi 28 avril 2016 à 18h02min par Aurélie de Varax

Open4, l’allié des communes pour lutter contre le réchauffement climatique

Publié le 11 février 2016

L’Icam de Toulouse coordonne le projet Open4, un logiciel d’aide à la décision destiné aux petites et moyennes communes pour lutter contre le réchauffement climatique. Lauréat des 35e Inn’Ovations, Open4 sera en test dès le mois de mars autour de Toulouse.

Il calcule les émissions de gaz à effet de serre probables de projets d’aménagement du territoire. Fruit d’une collaboration entre les pôles de l’Icam Toulouse, l’agence d’urbanisme « Pour Une Ville Aimable » et le laboratoire de sociologie du Certop, le logiciel Open4 permet aux décideurs d’une commune de dessiner des projets sur leur carte et d’obtenir les émissions de GES qu’ils génèrent. « Le programme utilise des valeurs par défaut à partir des pratiques habituelles de calcul de bilan carbone. Nous avons complété l’offre avec le codage de données socio-démographiques et environnementales. S’il y a 30% de logements sociaux dans une commune, les consommations d’énergie ne seront pas les mêmes », indique Yann Ferguson, docteur en sociologie au sein du pôle Formation Humaine de l’Icam et coordinateur du projet.

Récompensé fin janvier lors des 35es Inn’Ovations, le concours organisé par la région Midi-Pyrénées- Languedoc Roussillon, le logiciel sera en expérimentation dès le mois de mars sur plusieurs communes dont Escalquens, Brax et Grenade. La livraison finale est attendue cet automne.

Un outil d’aide à la réflexion co-financé avec l’Ademe

Tout est né d’un appel à projet de l’Ademe lancé en 2014 pour transférer les acquis de la recherche vers les pratiques d’aménagement du territoire. « Nous avons proposé Open4 qui a été retenu, raconte Yann Ferguson. Les communes autour de Toulouse émettent beaucoup de GES, notamment avec les déplacements pendulaires mais elles en supportent peu les conséquences. Cet outil veut faciliter la compréhension de cet enjeu dans l’aménagement du territoire afin que les élus de petites communes puissent l’intégrer dans leurs pratiques. » Véritable outil d’aide à la réflexion, le logiciel permet de simuler plusieurs scénario d’aménagements et d’éditer une fiche synthétique pour aider les prises de décision en réunion. « Il y a aussi des pop-up informatifs pour aller plus loin dans la réflexion : l’intérêt de l’orientation du bâti dans la gestion de l’énergie, l’optimisation de certains revêtements notammant pour la récupération des eaux de pluie… », ajoute Yann Ferguson.

Sur les 350.000 euros investis, essentiellement du temps/homme, 218.000 euros ont été financés par l’Ademe. Huit étudiants ont été associés au projet et quatre nouvelles recrues vont le rejoindre pour la phase finale. Côté suite, « nous cherchons des opportunités d’appel à projet pour décliner Open4 project dans d’autres domaines, comme les chantiers qui génèrent beaucoup de GES. Nous réfléchissons aussi à l’opportunité d’une version sur-mesure payante », confie Yan Ferguson. L’Icam prouve, une fois de plus, la force de la transdiciplinarité en matière de recherche-action.
Aurélie de Varax

Sur la photo de gauche à droite : Yann Ferguson, chef de projet Open4, Lucie Lazard, Ozgur-Elif Tuncer, Mathieu Weynachter, et Léa Andrieu. Photo Hélène Ressayres

1 Commentaire

Répondre à cet article