ToulÉco Green

Publié le mercredi 14 mai 2014 à 18h44min par Aurélie de Varax

Naissance de Catalis, l’incubateur régional d’innovation sociale

L’innovation sociale a désormais son catalyseur en Midi-Pyrénées. Catalis, l’incubateur régional de promotion et d’accompagnement des projets d’innovation sociale, était sur les fonds baptismaux mardi 13 mai. L’occasion d’annoncer aussi, un premier appel à candidatures.

Quand Rémi Roux, co-fondateur de la Scop gersoise spécialiste du commerce équitable Ethiquable s’est lancé il y a dix ans, trouver des financeurs et un accompagnement fut un parcours du combattant. « Nous n’entrions pas dans les critères classiques de l’innovation. » Idem pour les Fermes de Figeac, cette Société d’Intérêt Collectif Agricole dédiée à l’approvisionnement en intrants des agriculteurs du Lot, qui s’est façonnée en 30 ans dans un lien de coopération innovante et multiformes avec son territoire.

Aujourd’hui la première fait vivre 35000 familles à travers le monde et a mis sur le marché six millions de produits en 2013. La seconde compte 650 adhérents, 120 salariés et réalise 17 millions d’euros de chiffres d’affaire. « La preuve qu’il est nécessaire d’appuyer les projets socio-innovants, ceux qui allient innovation, développement économique et utilité sociale. Pour leur permettre d’éclore » a souligné Rémi Roux lors de l’inauguration de l’incubateur d’innovation sociale Catalis, avec la casquette cette fois, du Président de l’URSCOP Midi-Pyrénées.

Le projet Catalis est porté par L’Union Régionale des SCOP entourée des acteurs régionaux des champs de l’économie sociale mais également de l’économie conventionnelle, comme Coopérer pour Entreprendre Sud-Ouest.

Un financement régional de 240 000 euros sur 3 ans

Si la Région soutient depuis longtemps le déploiement de l’économie sociale et solidaire sur le territoire - elle représente 115 000 salariés et 14,3% de l’emploi régional privé -, elle passe avec le lancement de l’incubateur Catalys, un nouveau cap. « Quelles que soient nos difficultés budgétaires, nous voulons aller de l’avant sur ce projet catalyseur d’innovation sociale que nous considérons comme un secteur prioritaire dans la conjoncture actuelle, » a déclaré Martin Malvy.

L’incubateur n’est pas un dispositif supplémentaire mais un portail d’accès à l’ensemble des ressources régionales. Avec un focus sur le volet de l’innovation sociale et deux objectifs : la faire connaître et la valoriser dans l’ensemble des départements et repérer et faire émerger les projets les plus novateurs via un accompagnement individuel et des connexions avec le réseau régional.

Pour Agnès Bonnet de la couveuse d’activité Etymon, la spécificité de ce dispositif réside dans l’accompagnement de projets très en amont, pour lesquels tout est à construire, aussi bien l’offre que le dispositif économique. « Ce portail va permettre aussi de rendre plus lisible l’offre d’accompagnement qui est multiple et morcelée sur le territoire ».
Catalys ambitionne d’accompagner dix projets par an sur ses trois premiers exercices.
Aurélie de Varax
Sur la photo : Intervention de Martin Malvy lors de l’inauguration de l’incubateur Catalis. Photo URSCOP.

Le premier appel à candidatures est ouvert et se clôturera le 30 juin 2014.
Pour candidater, il suffit de télécharger le dossier sur le site www.catalis.coop.
Côté sélection, les projets candidats seront analysés par un comité technique départemental. Les happy fews bénéficieront alors d’une pré-incubation de 4 mois avant d’être présentés au Jury régional de sélection. La première promotion devrait être connue fin 2014.