ToulÉco Green

Publié le mercredi 18 septembre 2013 à 09h30min par a.devarax@gmail.com

Mobilité douce : l’électrique en libre service à Toulouse

A l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, Toulouse Métropole lance deux expérimentations de mobilité électrique. Cap vers une autre conception de la voiture en ville.

C’est l’événement de cette semaine de la mobilité à Toulouse. Les usagers de véhicules électriques pourront désormais utiliser trois stations de recharges électriques proposant la recharge normale ou la recharge rapide. A Jean Jaurès, Marengo et Saint-Cyprien.
Quant aux abonnés au service d’autopartage Mobilib, ils pourront faire le choix du véhicule électrique. Quatre voitures sont mises en circulation sur quatre sites : Carmes, François Verdier, Compans Cafarelli et Faculté de Droit. Ces expérimentations sont portées par la ville de Toulouse, la communauté urbaine Toulouse Métropole, Mobilib, EDF, ERDF et le groupe Cahors, fabricant de matériel électrique. « Nous faisons un gros travail sur les déplacements doux en centre ville - en ce moment les livraisons propres progressent - mais beaucoup de questions se posaient sur le développement des engins électriques. Nous avons donc choisi de lancer ces deux expérimentations sur un an », a déclaré Bernard Marquié, adjoint au maire en charge de la mobilité. L’achat de véhicules électriques par la ville et la communauté urbaine a augmenté de 83% en deux ans, ce qui représente 24% du parc de véhicules légers.

Une prouesse technologique

Premières du genre en France, les bornes de charges rapides installées à Toulouse permettent de recharger 80% du véhicule en 30 minutes au lieu de 8 heures pour une borne normale. La contrainte du temps de recharge ne devrait donc plus être un frein. Le groupe Cahors, basé dans le Lot, a conçu un système intégré permettant de stocker 80% de l’électricité utile à la charge du véhicule, les 20% restant étant pompés sur le réseau. De quoi répondre aussi au défi de la maîtrise des pics de consommation.

Une expérimentation sociale

Pour Mobilib, proposer l’électromobilité à ses abonnés s’imposait. « Les deux tiers de nos courses en autopartage se font sur des trajets inférieurs à 70 km donc adaptés à l’électrique », a souligné Thierry Bourret, président de Mobilib. Reste de nombreux points en suspend : les abonnés vont-ils préférer ces véhicules aux modèles à essence malgré les contraintes ? A quel moment le véhicule sera-t-il rechargé ? Faudra-t-il augmenter le tarif de location pour financer le surcoût de la mobilité électrique ? Autant de questions auxquelles l’expérimentation qui vient de démarrer devrait répondre. Rendez-vous donc dans un an.
Aurélie de Varax

1 Commentaire

  • Le 23 septembre 2013 à 18:18 , par BONO

    Très belle initiative mais les tarifs pratiqués sont excessif, 1,5 euros la charge d’une heure cela permet de récupérer même pas 15 % de l’autonomie totale donc cela implique une durée de charge supérieure.
    En ce qui concerne la recharge rapide à 6 euros, c’est vraiment hors de prix
    Je pense qu’il faudrait revoir à la baisse les tarifs, de plus il faut être abonné et rien n’est précisé sur le montant de l’abonnement.
    Dommage

Répondre à cet article