ToulÉco Green

Publié le vendredi 22 janvier 2016 à 08h39min par Aurélie de Varax

Linky : le nouveau compteur d’ERDF sera t-il l’allié de la sobriété énergétique ?

Les 600 premiers compteurs intelligents Linky sont en service dans la métropole toulousaine, aux Amidonniers. Si le boitier jaune est un maillon essentiel de la Smart City, son efficacité pour piloter les économies d’énergie reste à prouver.

« Linky, c’est le projet du siècle pour ERDF avec 5 milliards d’euros investis. » Pas de demi-mesure pour Jean Paoletti, directeur régional ERDF Midi-Pyrénées qui dressait le bilan, ce jeudi, du premier mois de pose du compteur communicant jaune à Toulouse au quartier des Amidonniers, en présence de Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole. 600 compteurs ont déjà été posés aux Amidonniers et 9000 sont programmés d’ici fin juin 2016. Ensuite, ce sera au tour des quartiers Saint-Michel et Empalot. D’ici mai 2020, 440.000 poses de compteurs sont prévus dans la métropole toulousaine et 740.000 en Haute-Garonne. Leur mission : concrétiser la transition énergétique et aider le client à maitriser sa consommation.

Un maillon essentiel des smart grids

Plus qu’un compteur nouvelle génération, Linky est la première pierre d’un système qui va permettre le déploiement de la ville intelligente, la Smart City. « Linky offre aux consommateurs, sans surcoût, la facturation au réel avec un suivi des consommations d’énergie au quotidien, la relève à distance et permet une réactivité sur les pannes », a souligné Jean Paoletti et d’ajouter : « c’est surtout un système d’informations centralisées qui va accélérer la transition énergétique des territoires en gérant les écarts de production sur le réseau pour développer l’intégration des énergie renouvelables, du stockage et des véhicules électriques ». Côté fabrication, six entreprises ont été sélectionnées en France dont le Groupe Cahors qui fournit les concentrateurs du compteur. C’est le bloc intelligent qui interroge les compteurs communicants, traite et stocke les informations avant de les transmettre par GPRS au système d’information centralisée.

« Ce sera au fournisseur de proposer le pilotage des économies d’énergie »

Dès février 2016, les foyers équipés de Linky pourront suivre leur consommation d’électricité sur internet via une interface sécurisée. « Les données seront communiquées en kWh et représentées sous forme graphique à différents pas de temps ( heure, journée, semaine…). Le consommateur pourra inter-comparer sa consommation avec des profils similaires au sien », précise Dominique Hourtal, responsable régional en charge de Linky. Il n’y aura donc pas de suivi de facture en temps réel avec un afficheur déporté à l’intérieur du foyer, comme le plébiscitaient les associations de consommateusr et l’Ademe. Selon le responsable, « il sera possible prochainement de se fixer des objectifs avec des systèmes d’alerte sur smartphone mais ce sera aux fournisseurs d’énergie de proposer les briques complémentaires pour la sobriété énergétique. » A la charge de chacun de s’offrir donc le service opérationnel, à une exception près : l’afficheur déporté incluant la facture en temps réel reste à l’étude pour les foyers en situation de précarité énergétique.
Aurélie de Varax

Sur la photo : L’installation du boîtier Linky se fait en trente minutes environ. Photo Kevin Figuier - ToulÉco

5 Commentaires

  • Le 22 janvier à 10:01 , par Juan

    Pour un support censé parlé d’écologie, ne pas évoquer du tout la prétendue nocivité du courant porteur qui va permettre à Linky d’envoyer ses données, c’est quand même limite, non ?

    • Le 24 janvier à 18:59, par m.venzal

      Cher lecteur,
      Il est toujours très difficile d’engager des polémiques sur la prétendue nocivité des ondes courtes du CPL, du wifi, des GSM et autres ondes électromagnétiques du même calibre. A moins que vous n’ayez sous le coude un rapport scientifique indiscutable réalisé par un laboratoire sérieux et indépendant ? Ainsi, jusqu’à présent, et officiellement, les ondes des fours micro-ondes n’ont tué que des chats… Nous sommes ouverts évidemment à toute discussion par le biais du forum. A vous de nous éclairer… Mais de grâce, de façon constructive et sans insultes. Sinon, je ferme le ban.
      Bien à vous,

      Martin Venzal
      Directeur de la publication

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 09:19 , par Juan

    Bonjour,

    Le travail d’un site web d’information comme Toulecogreen ne serait-il pas justement au moins d’évoquer la polémique et de l’éteindre avec l’argument de l’inexistence d’études scientifiques solides ? Ou, comme vous le proposez, d’héberger une discussion sur le sujet, respectant la pluralité des points de vue (seule la parole d’ERDF est lisible dans l’article)…

    Et puis, l’argument du « micro-ondes » qui n’a jamais tué que des chats, si elle s’apparente à une boutade - je la prends comme telle, car la chute d’un micro-ondes d’une position élevée sur le crâne d’une personne a éventuellement pu provoquer de graves lésions… ;-) dans la longue histoire des accidents domestiques - n’a qu’un lointain rapport avec le sujet du compteur Linky. L’Electro-Hyper-Sensibilité est de moins en moins une lubie d’écolos en gilet de laines de mouton.

    Merci de l’attention portée à mon commentaire.

    C. Juan

    • Le 28 janvier à 22:26, par Martin Venzal

      (Très) cher lecteur,

      Ce forum, comme vous l’avez si justement proposé (et comme d’autres le font sur d’autres articles) est bien sûr ouvert pour alimenter les discussions de tous poils (et de laines de mouton) sur vos doutes, interrogations et questionnements. Il est même très fréquent que les personnes interpelées répondent directement. Vous avez donc démarré l’échange sur l’hyper-sensibilité électromagnétique. Nul doute que du côté de la rédaction de ToulEco Green, nous allons nous interroger sur le sujet…

      Votre dévoué
      M Venzal

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

  • Le 7 février à 12:41 , par Lacoste

    Extra, ces premiers échanges sont sympa, dès le début ça donne le ton ;-)
    Je trouve la réponse consistant à demander un rapport officiel un peu légère… En effet nous sommes habitués dans notre culture au principe de précaution, il me semble… Or des études officielles ou pas, qui vous plaisent ou pas, ont eu pour effet de faire avoir certains doutes sur la non nocivité des ondes et en particulier celles dont vous parlez : celles du micro-ondes sur certains aliments et celles des réseaux GSM sur notre intégrité physique.
    A défaut de connaitre toutes les études allant dans un sens ou dans l’autre et de pouvoir se positionner pour l’une ou pour l’autre, nous connaissons tous des expériences d’œufs qui cuisent entre deux portables ou autre expérimentation visible sur Internet et pour le coup facilement reproductible…

    Alors à défaut de savoir comment analyser tout ceci, est-il imaginable que le principe de précaution puisse avoir autant de valeur, voire plus, aux yeux de certains que le principe de vente et de commerce ? Pourrait-on quand il s’agit d’un problème de santé publique, avoir le choix de notre camp ? C’est à dire que l’on dit si on le veut ou pas ce compteur, ou même l’on fait une enquête publique pour savoir si les gens sont favorables à cet outil avant d’y investir 5 Milliards (je crois) d’Euros…

    Croyez bien que tout le monde n’a pas cet idéal de société connectée, plus ou moins virtuelle, qu’ont certains… et qu’en plus malgré ce que l’on veut nous faire croire nous ne pouvons, en réalité, pas nous payer

Répondre à cet article