ToulÉco Green

Publié le jeudi 3 août 2017 à 18h52min par Aurélie de Varax

Les pionniers de la croissance bleue

Dossier - première partie - diffusé le 25 mai

Comment relancer l’économie maritime et littorale de la région, le tout dans une approche durable ? C’est l’objectif du Plan littoral 21 lancé par la Région. Une opportunité pour les territoires si l’ensemble des acteurs co-créent, en croisant leurs complémentarités.

Selon une étude réalisée en février dernier par le Boston Consulting Group, le poids de l’économie bleue s’élève en France à 270 milliards d’euros, soit 14% du PIB. C’est trois fois plus que l’industrie automobile et six fois le secteur aéronautique. Or ce potentiel est à la fois méconnu et non suffisamment exploité. Forte de ses 220 kilomètres de rivages, la Région Occitanie espère tirer son épingle du jeu. Le 10 mars dernier, après une longue période de concertation sur le terrain, elle engageait avec l’État et la Caisse des Dépôts et Consignation le plan littoral 21, doté d’un milliard d’euros de budget sur la période 2017-2020.

« Les orientations de ce plan vise un aménagement durable des côtes, la modernisation des infrastructures portuaires et touristiques et la construction d’un littoral à énergie positive grâce à l’éolien flottant », précise Jean-Romain Brunet, directeur de projet « Plan littoral 21 » au Conseil régional. Selon l’édite, l’année 2017 permettra d’identifier des projets phare dont le déploiement d’une filière nouvelle autour de l’éolien flottant. A partir de 2018 seront lancés des appels à projets thématiques. Le fil rouge ? Piloter dans une approche intégrée et dans la concertation les interactions entre la mer, le littoral et l’arrière pays pour créer des richesses et de l’emploi.

Les forces en présence

Actuellement les secteurs clé de la croissance bleue en Occitanie sont le tourisme avec huit millions de touristes accueillis par an, le commerce avec trois ports de commerce, la pêche avec cinq ports de pêche et 95% de la production halieutique de méditerranée française. Enfin, citons le secteur du nautisme qui compte 1790 entreprises et travaille activement sur le navire du futur. Selon Julie Person, représentante du Pôle Mer en Occitanie, la région dispose de nombreux atouts pour innover, forte de ses pôles de compétitivité comme le pôle Mer, le pôle Eau et le pôle Derbi (énergies renouvelables) et de ses établissements de recherche.

« Nous avons la plate-forme aquacole la plus grosse d’Europe à Palavas-les-Flots, l’Université de Montpellier qui travaille avec des partenaires sur de nombreux sujets dont le numérique au service de la croissance bleue, l’observatoire océanique de Banyuls-sur-Mer, le centre d’océanographie Mercator Océan à Toulouse et bien-sûr l’Ifremer présent sur deux sites à Palavas et Sète. » Un terreau de chercheurs et d’entreprises innovante qui préparent l’avenir de notre littoral. Voici trois acteurs pionniers qui, depuis Toulouse, Béziers et Montpellier, en esquissent déjà les premiers contours.
A. de V.

Sur la photo : les futures éoliennes flottantes du projets Eolmed menée par Quadran. Photo DR.