ToulÉco Green

Publié le mercredi 2 avril 2014 à 22h44min par Virginie Mailles Viard

Les étudiants de Toulouse Business School élisent la collectivité responsable 2014


Quoi de commun entre des poules et des couches lavables ? Le prix des collectivités responsables, organisé par les étudiants en Mastère Gestion du développement durable et du changement climatique. Il sera remis le 3 avril, lors des Assises nationales étudiantes du développement (...)

De Bondy, en région parisienne, en passant par le Tarn, et le Tarn-et-Garonne, les cinq prétendants au titre, sélectionnés par les étudiants en Mastère Gestion du développement durable et du changement climatique, de Toulouse Business School, ont su faire preuve d’imagination, d’originalité et d’un bon sens citoyen sur la thématique des déchets, qui n’a pas échappé à la promotion 2014. Si ce prix, d’envergure nationale, et sous peu internationale - TBS est sur le podium mondial des universités - touche pour l’instant principalement les collectivités de Midi-Pyrénées, c’est que les partenaires ont un fort ancrage régional. En l’occurrence cette année, en accord avec le thème sélectionné, Véolia Propreté, Touleco Green, l’Arpe, Ordimip et la Dépêche du Midi.

Cinq collectivités en lice pour le prix de la collectivité responsable 2014

Dans une petite commune du Tarn-et-Garonne, à Grisolles, la municipalité avait pour ambition de faire chuter de 7 % la production de déchets ménagers. Elle s’est tournée vers la location de poules aux Grisollais : objectif 100 poules pour une soixantaine de foyers. Elles consomment 150 kg de déchets organiques par an. A 5 euros la poule louée à la semaine, les Grisollais ont fondu pour les gallinacés. Ce sont au total 248 foyers qui se sont inscrits sur la liste des prétendants. Un coût de 1500 euros pour la collectivité, qui réalise 11 000 euros d’économie de collecte et de traitement des déchets. Et réduit in fine de 12% la production de déchets ménagers.

Des initiatives citoyennes et environnementales

A Lavaur, dans le Tarn, associations et mairie, se sont unies pour réduire les déchets festifs : fêtes de villages, sorties scolaires, sont consommatrices de gobelets en plastique jetable. Elles utiliseront dorénavant des gobelets réutilisables. Ils sont prêtés aux organisateurs, et les pertes sont minimes, de l’ordre de 5% de gobelets non rendus. L’investissement global de 5000 euros a été amorti en 2013. Et le projet a séduit 24 communes supplémentaires.

Couches lavables ou jetables ? La crèche de La Rose des vents, à Gaillac, dans le Tarn, a choisi. Depuis 2013, la mairie leur fournit des couches lavables - lavage réalisé la blanchisserie de l’hôpital de Gaillac - pour un montant global de 8000 euros. Elle compte réduire ainsi de 7 % l’impact des couches jetables sur l’environnement, et économiser 630 kg de déchets. Une initiative publique qui a pour vocation à s’installer dans les foyers des familles des 32 enfants concernés : une véritable action citoyenne et environnementale.

La cuisine anti-gaspi

Chaque habitant gaspille 20 kg de denrées alimentaires par an. Face à ce constat, et très engagé dans un programme de prévention des déchets avec l’Ademe, le Syndicat Départemental de valorisation des déchets,Trifyl dans le Tarn a lancé un concours départemental, "Trucs et astuces anti-gaspi alimentaire". Cette campagne pour une cuisine anti-gaspi est accompagnée d’un stand pédagogique itinérant qui circule dans tout le département. Et suivi d’une étude pilote sur la réduction du gaspillage alimentaire dans les cantines.


Les écoliers de Bondy en région parisienne travaillent eux sur du papier recyclé. Mais pas n’importe quel recyclage : c’est l’association qui s’occupe de l’insertion des parents et des enfants immigrés, qui trie et récupère les papiers dans les entreprises qui veulent limiter leur impact carbone. Le papier est ensuite traité par des adultes handicapés, puis est utilisé sur les bancs de l’école. « Une économie circulaire où la cohésion sociale se poursuit jusqu’au bout, analyse Michel Fareng, en charge du Mastère Développement Durable de TBS. Voilà une trajectoire qui croise le social, l’éducation, l’environnemental et le handicap. »
Virginie Mailles Viard

Sur la photo : L’équipe organisatrice du Prix des Collectivités Responsables 2014, de gauche à droite : Mohamed Thiecoro Ndao ; Maria Pipio Adroher ; Véronique Fayel-Gaquière ; Luc Pierson ; Fanny Raynier ; Luc Verquin.

2 Commentaires

  • Le 4 avril 2014 à 10:12 , par Carbonnel

    Concernant l’expérience des couches lavables à Gaillac, ce n’est pas la mairie qui les fournit à la crèche, mais la communauté de communes Tarn & Dadou puisque cette crèche est intercommunale et que la démarche a été initiée dans le cadre du plan de lutte contre les déchets initié sur l’ensemble du territoire.

    • Le 29 septembre 2016 à 00:59, par Renaud

      Bonjour,

      J’envoie ce message en espérant qu’il sera lu par une personne qui a connu Mohamed Thiecoro Ndao, que j’ai trouvé en photo sur cette page, photo qui date de 2014.

      Mohamed nous a quittés dans des circonstances dramatiques non encore élucidées ce mercredi 21 septembre 2016. ll a été retrouvé, mort noyé, sur une plage à quelque 70 km de Dakar.
      Ses amis sur place, dont je fais partie, et sa famille ne comprennent pas ce qui s’est passé…

      Qui que vous soyez, si vous lisez ces lignes, n’hésitez pas à prendre contact avec moi.

      Renaud : 00 221 77 462 58 25 ou 00 221 33 860 10 02

      PS : j’ai besoin de parler à des personnes qui l’ont connu…

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

Répondre à cet article