ToulÉco Green

Publié le jeudi 16 novembre 2017 à 18h02min par Aurélie de Varax

Le recyclage permet d’économiser 830.000 tonnes équivalent CO2 en Occitanie

La Fédération des entreprises du recyclage Federec, a présenté les chiffres du recyclage 2016 en Occitanie ce mercredi 15 novembre, à Toulouse. La région se démarque sur le bois, les déchets organiques et le verre mais les débouchées ne sont pas toujours au rendez-vous.

« On n’exploite pas assez la mine urbaine. C’est le défi de notre fédération et de l’avenir », a déclaré Manuel Burnand, directeur général de la Fédération des entreprises du recyclage Federec, à l’occasion de la présentation mercredi 15 novembre des chiffres 2016 du marché du recyclage en Occitanie. Avec 190 établissements représentés dans treize départements soit 1850 salariés non délocalisables, la fédération constitue un maillage au service des politiques environnementales régionales.

Parmi les tendances générales, Manuel Burnand a rappelé la forte corrélation entre le développement des produits recyclés et les cours mondiaux sur les matières premières - et notamment le cours du pétrole actuellement bas -, rappelant « le rôle prépondérant et encore insuffisant des incitations réglementaires pour accroître l’intégration des matières recyclées dans les produits manufacturés ». Autre point, « une tendance des établissements à vouloir recycler en réduisant les coûts dans des centres de plus en plus gros, multi-filières et automatisés. » Le directeur a également souligné que la difficulté n’est pas seulement de collecter et trier mais aussi de trouver des débouchées. Par exemple, l’année 2017 a été difficile pour les rebuts plastiques car la Chine, principal importateur, a interdit depuis juillet 2016 l’importation de ces matières, obligeant la profession à repenser son modèle.

Performance sur le bois, les déchets organiques et le verre

Les déchets organiques sont les plus volumineux de la collecte régional avec 2770 kilotonnes suivi par le bâtiment avec 2617 kilos de tonnes, portés par l’activité économique du secteur. Ensuite viennent le bois (549 kilotonnes) et les papiers cartons (541 kilotonnes). Les métaux ferreux sont à 462 kilos de tonnes et le verre à 208. « Par rapport à la moyenne nationale, la région traite plus de bois, de déchets organiques et de verre mais présente une activité moindre sur les déchets métalliques et dans une moindre mesure ceux du bâtiment », détaille Etienne Chazelle, président du Federec Sud-Ouest.

Concernant le recyclage du verre, la présence des verrerie d’Albi et de Béziers dynamise la filière en assurant des débouchées pour la consommation de calcin. Ce qui n’est pas le cas pour le bois dont le marché est à la baisse. Certains bois comme les matières composites de l’ameublement, de moindre qualité que le bois et souvent chargés en adjuvants, n’ont pas de débouchées ce qui conduit les professionnels à se tourner vers des modes de traitement moins vertueux et couteux comme l’incinération. « Nous essayons de développer de nouvelles filières comme la génération d’électricité mais le modèle économique est encore difficile à trouver en France malgré les beaux discours politiques sur la transition énergétique », déplore Etienne Chazelle.

0,83 millions de tonnes de CO2 économisées

Selon l’étude, le recyclage des matières en 2016 aurait permis d’éviter 0,83 millions de tonnes équivalent de CO2 en Occitanie, soit 400.000 véhicules retirés de la circulation. Le recyclage du minerai de fer par exemple permet un gain énergétique d’un facteur vingt avec la synthèse du minerai. Si la fédération annonce des prévisions 2017 en légère hausse, le chemin est encore long. Au-delà de la ressource générée pour les entreprises, la grosse évolution espérée d’ici deux ans par Federec est leur entrée sur le marché des bonus de CO2. Un dossier que soutient activement la fédération.

« Notre objectif est aussi de fournir des éléments chiffrés à la région Occitanie pour que, additionnés aux informations fournis par les Dreal et les observatoires régionaux, cette dernière puisse créer des indicateurs de suivi relatifs aux différents objectifs fixés par la loi de transition énergétique », conclut Etienne Chazelle, Des informations qui seront intégrés donc dans les travaux actuels pour établir d’ici fin 2018 le Plan régional déchets.
Aurélie de Varax

Photo DR.