ToulÉco Green

Publié le jeudi 10 mars 2016 à 18h51min par Aurélie de Varax

La recherche spatiale au chevet de l’environnement : comment Firmus France recycle les eaux grises

Dossier - troisième partie

Dans le giron de l’Esa, découvrez comment le languedocien Firmus France a développé son savoir-faire pour le recyclage des eaux grises. Une technologie sélectionnée parmi les « 100 technologies d’avenir » par Environment Magazine International lors de la Cop 21.

La colonisation de l’espace impose à l’homme d’assurer sa survie au sein de systèmes fermés pour des voyages de longue durée ou pour des stations permanentes comme la future base martienne. « Face à ce défi, plus on recycle de matières, moins on en emporte et moins cela coûte cher », précise Christophe Lasseur, responsable R&D du projet Melissa de l’Esa. Lancé en 1989, ce projet ambitionne de créer un système artificiel complet en recyclant les déchets solides, liquides et le CO2. Un défi qui a permis à Jean-Christophe Lasserre de développer pour l’Esa un savoir-faire pour le recyclage des eaux grises par filtration membranaire, procédé qu’il a ensuite testé sur la base antarctique Concordia pour l’essaimer finalement au travers de la société languedocienne Firmus France.

Basée à Clermont l’Hérault, l’entreprise a intégré le pôle de compétitivité Eau qui fédère depuis Montpellier les acteurs innovants de la filière eau. « Le recyclage des eaux grises provenant des lavabos, douches, eaux de lavage et de vaisselle et eaux de cuisson représente un enjeu important dans les régions soumises à des stress hydriques », précise Pierre Magnes, le responsable développement de Firmus France. « Notre technologie permet une réutilisation des eaux grises à hauteur de 80%. En fonction des normes sanitaires du pays concerné, le procédé permet d’obtenir une eau de qualité potable ». Pour développer ce savoir-faire, la société travaille en consortium avec EDF Optimal Solutions et Sherpa Engineering.

Et si l’eau potable se pompait et se purifiait toute seule ?

Explorant tous les secteurs d’application, Firmus a aussi réalisé un projet pilote pour le traitement d’eau de sites isolés au Maroc en 2014 avec la PME languedocienne Belectric France. Combinant énergies éolienne et solaire pour purifier l’eau d’un forage par technique membranaire, il alimente un lycée près de Kenitra. « L’installation comprend notre système de traitement d’eau par nanofiltration qui est particulièrement robuste et produit quotidiennement de 6 à 8 m³ d’eau potable. En complément, Belectric y adjoint un procédé qui complète la désinfection de l’eau par électrolyse. Côté énergie, la pompe et le système de filtration sont alimentés par 158 panneaux photovoltaïques Belectric, » ajoute Pierre Magnes.

Ces technologies développées par Firmus France faisaient partie des cent technologies d’avenir pour le climat présentées par Environment Magazine International, à l’occasion de la Cop 21.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Près de Kenitra au Maroc, un projet combine éolien et solaire pour purifier l’eau d’un forage