ToulÉco Green

Publié le jeudi 28 mai 2015 à 18h57min par Aurélie de Varax

La Scop des compléments alimentaires Synphonat s’offre le label Lucie

Première entreprise labellisée Lucie dans le secteur des compléments alimentaires, la Scoop Synphonat récolte les fruits de son engagement dans la RSE. De quoi rassurer les consommateurs sur un secteur plébiscité mais non dénué de soupçons.

Sur un marché en croissance depuis vingt ans, estimé à 1,3 milliards d’euros en France, Synphonat creuse sa différence. Parmi les trois cents acteurs du marché des compléments alimentaires français, la pépite implantée depuis 1997 à Villemur-sur-Tarn, est la première à obtenir le label Lucie. Défini par la norme Iso 26.000, ce label RSE français valide les véritables démarches de progrès RSE menées par les entreprises. « C’est la preuve de notre engagement sur la qualité des produits et sur une démarche éthique et responsable vis-à-vis de nos parties prenantes, à commencer par nos prescripteurs, » explique Fabien Besançon, le gérant de la scop depuis 2013.

En 2009, la DGCCRF [1] révélait que 12,5% des compléments alimentaires présentent des anomalies. Sur un marché régi par la vente libre, plébiscité mais sur lequel planent certains soupçons, la Scop adopte la transparence et a érigé la qualité de sa prescription en stratégie en s’appuyant sur un réseau de 14.000 praticiens experts (naturopathes, médecins etc.) et 390 points de vente partenaires. A commencer par les pharmacies.

Les achats responsables en ligne de mire

La première étape de la labellisation Lucie est un audit. Sur la base de notes attribuées sur 28 principes d’action, l’entreprise prend des engagements de progrès validés par un comité d’experts indépendants et bénévoles. Tous les 18 mois, ce comité évalue les progrès. « Concernant nos engagements de progrès, nous souhaitons avancer sur les achats responsables, » confie Fabien Besançon. Sur les 200 produits au catalogue dont 15 à 20% sont bio, environ 170 sont fabriqués en France, le reste essentiellement en Finlande et en Italie. « Nous travaillons avec trois façonniers dans un rayon de 50 kilomètres, un en Vendée et un à Montpellier ainsi qu’une dizaine de fournisseurs de produits exclusifs dont chacun fait l’objet d’un audit régulier. » Pour accompagner les démarches vertueuses de ses fournisseurs, l’entreprise a prévu de former une personne en interne.

15% de croissance en 2015

Côté gouvernance, l’entreprise sous statut de Scoop, a choisi de longue date l’open innovation et le management horizontal. Un choix qui paie selon le gérant convaincu que « le travail peut rendre heureux. » Fort d’un chiffre d’affaires de 3,8 millions d’euros en 2014 pour 26 salariés, l’entreprise prévoit un bon de 15% et une dizaine d’embauches en 2015 grâce au lancement d’un nouveau produit breveté, élaboré à partir de la micro-algue la plus riche en micronutriments naturels : le Klamath CD Max. Ce successeur de la spiruline permettrait d’améliorer les défenses naturelles et de surmonter le stress. De quoi en séduire plus d’un.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Fabien Besançon, gérant de la Scop Synphonat. Photo Hélène Ressayres pour Synphonat.

Notes

[1Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes.