ToulÉco Green

Publié le jeudi 8 février 2018 à 17h40min par Aurélie de Varax

L’opérateur de mobilité Coovia déploie sa nouvelle offre aux entreprises

Créée fin 2012 pour démocratiser son application mobile dédiée au covoiturage domicile-travail, le toulousain Coovia se repositionne comme opérateur de mobilité auprès des entreprises. Et prépare son déploiement sur Montpellier.

Pour répondre aux problématiques d’embouteillages dans les métropole, le déploiement du covoiturage n’est qu’une des réponses possibles. Et l’arrivée de géants du secteur comme Blablacar et prochainement Waze, invite les plus petits à réviser leur offre. Depuis un an, la start-up toulousaine du covoiturage Coovia effectue discrètement sa mue vers un positionnement plus global en tant qu’opérateur de mobilité au service des entreprises. Une nouvelle stratégie qui compte tirer partie des évolutions réglementaires comme l’explique Murielle Renard, qui a repris les rênes de l’entreprise avec deux associés Lauraine Dia et Pol Barrière. L’ancien dirigeant David Larcher, ayant choisi de se consacrer à son nouveau projet de covoiturage événementiel MyPeopleGo.

"Depuis janvier 2018, la loi de transition énergétique d’août 2015 oblige tous les établissements d’au moins100 salariés à établir un plan de mobilité. Or la plupart n’ont encore rien fait. Sur la grande ceinture toulousaine, Tisséo évalue à plus de six cents le nombre d’entreprises concernées." Il y a donc du potentiel pour de nouveaux acteurs. Outre la mise en place et l’animation de plateformes de covoiturage pour les entreprise, Coovia les accompagne désormais dans leur plan de mobilité. "Sensibiliser aux modes alternatifs à la voiture individuelle en déployant au sein des entreprises des solutions de vélo, covoiturage, autopartage ou même du télétravail, est le meilleur moyen de faire lâcher le volant aux conducteurs. Il faut combiner les modes plutôt que les opposer, et répondre ainsi à tous les besoins des employés,” insiste Murielle Renard. Une stratégie payante puis que l’opérateur démarre l’année avec une vingtaine de clients dont la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées, Sopra-Steria ou encore le CHU de Toulouse.

Structurer une offre combinée avec les acteurs locaux

L’entreprise vient de signer cinq plans de mobilité avec quatre cliniques toulousaines membres du réseau ClinAvenir (Pasteur, Saint-Exupéry, Médipôle Garonne et Saint-Exupéry) ainsi que l’entreprise Spherea. "La démarche se structure en trois étapes : nous qualifions l’écosystème urbain du client. Ensuite nous géolocalisons les salariés pour évaluer le potentiel du report modal. enfin nous menons une enquête auprès des salariés pour évaluer le potentiel de changement. l’ensemble nous permet d’élaborer un diagnostic et un plan d’action", détaille Murielle Renard.

Et pour être plus efficace, Coovia travaille désormais en réseau avec les acteurs de l’écosystème toulousain. "Nous partageons nos bonnes pratiques et nos bases de données avec Tisséo dans le cadre d’une convention de partenariat et nous nous sommes rapprochés de la Maison du vélo et de start-up comme Pangée, Iodines et Micromobiles qui ont des offres innovantes sur les usages du vélo et des véhicules électriques. Nous visons également des partenariats avec des spécialistes du télétravail et même des foodtrucks pour limiter l’usage de la voiture".

Côté perspectives, l’opérateur mise sur la réalisation de vingt plans de mobilité et une vingtaine de déploiement de sa plateforme de covoiturage BtoB sur 2018. De quoi se projeter sur un chiffre d’affaires de 170.000 euros. Montpellier est dans le viseur avec un premier contrat en vue avec Languedoc-Roussillon Universités.
Aurélie de Varax

Sur la photo 2 : de gauche à droite Pol Barrière, Lauraine Dia et Murielle Renard, la nouvelle équipe de Coovia. Photo DR.