ToulÉco Green

Publié le jeudi 1er septembre 2016 à 22h00min par Aurélie de Varax

L’habitat participatif : un nouvel eldorado en région Occitanie ?

Article diffusé le 26 mai. Dossier

Accès à la propriété à moindre coût, mixité, lutte contre l’étalement urbain… L’habitat participatif semble paré de vertus. S’il est entré dans les moeurs en Allemagne, en Suède ou en Suisse, les freins restent nombreux en France. Encore méconnu et peu développé, il a pourtant séduit cinq cents familles en (...)

Ce jeudi 26 mai a été dressée la première pierre de l’ilot participatif "Aux 4 vents" à l’écoquartier de la Cartoucherie, le plus ambitieux projet de la région qui réunit quatre-vingt familles dont dix-huit ont choisi de créer la coopérative d’habitants Abricoop. Dans la grande région, plus de cinq cent familles ont déjà opté pour l’habitat participatif afin de choisir la maison ou l’appartement de leur rêve, de partager plus avec leurs voisins, de mutualiser des espaces et services communs… Le tout à coûts réduits.

L’habitat participatif est-il la solution au bouquet de problèmes de l’habitat aujourd’hui : la pénurie de logement, la difficulté de l’accession à la propriété, l’étalement urbain, la ségrégation socio-spatiale ? Gérard Strauman, président d’écohabitons en est convaincu. L’association a accompagné vingt-quatre projets autour de Montpellier depuis 2008, des projets d’habitat participatif en autopromotion c’est à dire portés par un groupe d’habitants qui remplacent le promoteur immobilier. "Nous avons un gain en terme de lien social et de mixité puisque les habitants construisent ensemble leur projet et un gain économique puisque le projet évite les coût de commercialisation et la marge du promoteur. La fourchette des économies possible va de 10% à 20%".

Du rêve à la réalité

En réalité la réponse n’est pas si évidente. Outre une mentalité française plus individualiste que nos voisins allemands, le principal frein aujourd’hui serait le passage du rêve à la réalité. "S’engager dans ce type de projet nécessite énormément d’énergie, de temps et de connaissances. En auto-promotion ou en coopérative, certains projets mettent dix ans à voir le jour", précise Gérard Strauman. Certes les pots cassés essuyés par les pionniers pourront servir de modèle aux suivants mais l’association AERA qui intervient aujourd’hui en assistance à maîtrise d’ouvrage pour le montage d’opérations participatives, mise sur une autre voie : l’habitat participatif porté par les bailleurs sociaux.

A ce jour, seul le Groupe des Chalets s’est lancé dans ce nouveau mode de construction sur la région, avec six projets en cours dont deux sont réalisés. En juin dernier à Ramonville-Saint-Agne, était livrée la première résidence en SCIAPP (Société Civile Immobilière en Accession Progressive à la Propriété) de France : « Chloris » avec treize logements. Le second projet a été inauguré le 30 mars dernier avec ses trente-deux logements au cœur de l’Ecoquartier Vidailhan, à Balma.
Aurélie de Varax

Sur la photo : projet de la vue façade Sud de l’immeuble où s’installeront les habitants de la coopérative Abricoop dans l’îlot "Aux 4 vents", Cartoucherie. Photo DR.

Retrouvez le 3 juin la seconde partie : « Fabréco, première résidence en auto-promotion à Montpellier ».