ToulÉco Green

Publié le lundi 16 mai 2011 à 14h49min par Virginie Mailles Viard

L’économie sociale et solidaire, une réponse à la crise ?

Il y a quelques jours, jeudi 12 mai, se tenaient à l’Hôtel de Région, les États Généraux de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). Un amphithéâtre comble, preuve que cette économie alternative gagne chaque année de plus en plus de terrain.
JPEG - 72.6 ko

Elle devrait jouer un rôle prépondérant en temps de crise, et à l’aube des élections présidentielles, démontrer que ses pratiques et ses intentions n’obéissent pas au modèle économique dominant. C’est le travail, sous forme d’ateliers, qui attendaient les 200 participants des Etats Généraux de l’économie sociale et solidaire : la diffusion des valeurs et des pratiques ou encore le partenariat entre acteurs et pouvoirs publics. La question est cruciale et fait partie des reproches fréquents qui atteignent l’ESS : une économie sous perfusion, subventionnée, assujettie aux aides publiques. Mais la région Midi-Pyrénées souhaite répondre à cette question de fond : comment les collectivités vont-elles la soutenir ?

La crise n’est pas derrière nous

JPEG - 83.7 ko

Martin Malvy a ouvert ces Etats Généraux avec la mappemonde sous le coude, pointant un endroit du globe que l’on pensait bien éloigné de cette alternative économique : les Etats-Unis. « Barack Obama a tenu en décembre 2010 un Conseil pour la solidarité ! C’est dire l’importance actuelle de cet enjeu, qui fait aussi partie des douze priorités du plan de relance de la Communauté Européenne. » Le président a rappelé que ces Etats Généraux se déroulaient sur fond de crise mondialisée : une économie en panne, le prix de l’énergie en hausse « un handicap social », la catastrophe au Japon, le monde arabe en ébullition, les restrictions budgétaires en Angleterre, la Grèce et l’Irlande aux abois… « la crise n’est pas derrière nous. »

Les collectivités et l’ESS

L’économie sociale et solidaire propose des réponses, et les initiatives se multiplient : aujourd’hui ce sont 2 millions de salariés, soit un emploi sur dix, qui font partie de cette économie en pleine croissance. « 8% du PIB ! Et ce sont des emplois non délocalisables ! En Midi-Pyrénées, 110.000 personnes sont concernées par l’ESS. L’objectif vers lequel il faut tendre c’est la formation, la professionnalisation et la structuration de la filière. » La région s’est fortement impliquée depuis 2001, que ce soit à travers des créations d’entreprises – 2500 entreprises depuis 2004 et la création de 3000 emplois.

« Entreprises Initiative Créations a permis le lancement de 860 entreprises dans Toulouse et son agglomération, et 73 % de ses bénéficiaires étaient des demandeurs d’emplois. » A travers l’aide à la reprise d’entreprises sous forme de SCOP, « un vrai sujet », le soutien renforcé aux coopératives, la région Midi-Pyrénées se distingue sur le territoire. Porteuse d’expérimentations et d’expériences, elle tiendra haut le flambeau de l’ESS lors des prochaines Assises nationales du développement durable, organisées à Toulouse, les 13 et 14 octobre 2011.

Virginie Mailles Viard
Photo DR