ToulÉco Green

Publié le jeudi 24 août 2017 à 20h30min par Aurélie de Varax

L’atelier Tuffery prépare le grand retour du jean made in France

Article diffusé le 9 mars 2017

Virage digital de la commercialisation, modernisation de la production, bilan carbone optimisé. Depuis Florac, le jean Tuff’s de l’atelier Tuffery se prépare un avenir planétaire. Une stratégie récompensée par le Prix Inn’Ovations 2017 de Madeeli.

Julien Tuffery, l’actuel directeur général des ateliers Tuffery est l’arrière petit fils de Constantin Tuffery, tailleur confectionneur et fondateur de l’entreprise familiale installés à Florac, en Lozère depuis 1892. Pour faire face à la demande en forte croissance du jeans Tuff’s dans le monde entier, le jeune directeur est en passe de faire basculer le plus ancien fabricant français de jean dans l’ère du web 2.0. Tout en valorisant son encrage territorial au coeur de la Lozère. Une stratégie récompensée fin janvier au Grand Prix des Inn’Ovations 2017 de l’agence régionale de l’innovation Madeeli.

Une restructuration ancrée sur le territoire

Après avoir connu son heure de gloire dans les années 40 où le jean devient le pantalon à la mode, l’atelier Tuffery qui produit chaque jour 500 jeans en toile de Nimes, subit de plein fouet la concurrence asiatique. « Dans les années 1990-2010, la cadence tournait autour de 500 jeans par an », se souvient Julien Tuffery qui salue le courage de sa famille d’avoir maintenu l’unité de production en vie. Depuis trois ans, Julien et Myriam Tuffery, tous deux issus de l’industrie, portent un projet de relance ambitieux : modernisation de la production, virage digital de la commercialisation, développement d’un réseau de partenaires de distribution de qualité en France et à l’international, flux logistiques, tout le fonctionnement de l’entreprise a été repensé. Avec du résultat puisque l’atelier a vu son activité progresser de 600% en trois ans.

Fort d’un montage financier innovant associant la communauté de communes Florac Sud Lozère et le corps préfectoral de Lozère, un nouvel atelier ouvrira ses portes fin 2017. « La collectivité porte le lourd investissement de départ et l’atelier leur versera un loyer mensuel. Ce modèle de l’atelier relais devrait se généraliser. Il nous permet de concentrer tous les efforts financiers sur la qualité, le marketing et la vente. Résultat, nous allons pouvoir créer sur le territoire vingt embauches assez rapidement », souligne Julien Tuffery.

Une stratégie éco-responsable

Côté matières, l’entrepreneur s’intéresse au coton recyclé et bio, les couturières sont pluridisciplinaires afin de permettre de la flexibilité sur le temps de travail, le sourcing est français avec du denim tissé dans le Tarn et des fonds de poches qui viennent des Vosges. La coloration est réalisée par une entreprise française Iso 14001 donc soumises aux normes les plus exigeants au niveau de l’eau et des effluents.

« Nous allons marier le monde de la vente en ligne et l’authenticité du savoir-faire territorial. Nous voulons réinternaliser en France l’ensemble de notre filière pour nous affranchir de tout ce qui est opaque et donner du sens », scande le jeune dirigeant. « Nous pensons que la réactivité, la transparence, l’éthique et la proximité sont les clés de la réussite aujourd’hui. » Actuellement la marque peine à faire face à la demande. 5500 jeans ont été vendues en 2016 dont 15% à l’international. Le nouvel atelier devrait permettre de monter la cadence annuelle à 40.000 pièces. « Nous avons clôturé l’année 2016 avec 450.000 euros de chiffres d’affaire et visons une croissance à deux chiffres sur cinq ans », précise Julien Tuffery.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Julien et Myriam Tuffery. Photo DR.