ToulÉco Green

Publié le lundi 4 novembre 2013 à 15h25min par Valérie Ravinet

L’Agence de l’eau Adour-Garonne prépare une feuille de route citoyenne

Pour préparer sa prochaine feuille de route, l’Agence de l’eau Adour-Garonne a consulté les habitants du bassin ; une consultation qui met en exergue la préoccupation renforcée autour de la santé publique.

Quels sont les enjeux majeurs en matière de gestion de l’eau pour les habitants du bassin Adour-Garonne ? C’est la question posée en substance par l’Agence de l’eau aux quelque 6 millions d’habitants du bassin. Exemplarité démocratique, obligation européenne de consulter les citoyens sur des planifications à grande portée, le résultat est là : plus de 2000 personnes ont donné leur avis sur les priorités de politique de l’eau pour la période 2016-2021.

Des positions d’ailleurs confirmées par un sondage réalisé en mai dernier, cette fois sur un échantillon représentatif des habitants. « L’exercice permet aux gens de s’exprimer sur de grands enjeux environnementaux qui les impactent », précise Laurent Verdié, en charge de la planification à l’Agence de l’eau Adour-Garonne. « Les conclusions préfigurent les orientations du prochain schéma directeur, pour la période 2016-2021. »

Priorité à la santé

Selon les conclusions du rapport, l’impact de la qualité de l’eau sur la santé cristallise une part importante des préoccupations des habitants : la lutte contre les pollutions liées aux nitrates et aux pesticides ainsi que l’élimination dans l’eau des substances dangereuses pour la santé - métaux lourds, solvants…. - sont perçues comme les enjeux les plus prioritaires. « La pollution par diffusion de nitrates est réelle, la contamination est significative dans plusieurs endroits du bassin », commente Laurent Verdié.

Dès lors, comment protéger les ressources utilisées pour l’eau potable, qui se dégradent ? Fleuve, rivières, lacs, canaux, eaux souterraines libres ou captives, toutes les milieux aquatiques sont concernés. Le troisième axe jugé prioritaire est celui de la garantie de tous les usages de l’eau - domestiques, agricoles, industriels, de loisir - et de la bonne santé des milieux aquatiques, « un problème de taille, notamment à travers le prisme du changement climatique », souligne le spécialiste.

Le point sur l’état de l’eau

« D’ici deux mois, sera publié un état des lieux des eaux », indique Laurent Verdié. « Il évaluera les résultats de la politique conduite selon les orientations du schéma directeur 2010-2015. Selon les premières indications, il semble que l’état des eaux soit plutôt stable par rapport à la mesure précédente, mais les outils ont évolué. Le prochain rapport permettra de valider l’hypothèse ».

La suite, c’est l’adoption des orientations et la mise en œuvre de la prochaine consultation citoyenne, en 2014, en vue de l’adoption du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux – SDAGE - et du programme de mesures associé – PDM -, avant leur adoption définitive en décembre 2015. Une prochaine feuille de route qui devrait confirmer et renforcer les orientations du schéma directeur précédent.
Valérie Ravinet

Sur la photo : La lutte contre les pollutions des cours d’eau, une priorité visée par les citoyens. Crédit : Pierre Barthe - Agence de l’eau Adour-Garonne.

1 Commentaire

  • Le 15 mars 2015 à 17:17 , par champagne

    bonjour
    Récemment j’ai lu sur le journal local ( la montagne édition Brive ) une demande d’extension d’une porcherie sur la commune de Monceaux sur dordogne 19.
    Connaissant un peu la mentalité paysanne, je me pose des questions sur le devenir des déjections .(vidange du surplus)
    Pourquoi ?
    Ayant un moulin sur un affluant de la Dordogne à des moments je trouve que l’eau de mon bief sent le lisier.
    En amont de Beaulieu sur Dordogne vient de se construire une importante station de pompage d’eau potable.
    J’espère que les responsables de la qualité de l’eau en amont de cet ouvrage auront un regard attentif sur ce problème.
    Merci

Répondre à cet article