ToulÉco Green

Publié le jeudi 23 février 2017 à 21h58min par Aurélie de Varax

L’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie dévoile ses ambitions 2017 en Occitanie

L’Ademe Occitanie a présenté mardi son nouveau visage à l’échelle de la Région, ainsi que sa stratégie 2017. Les enjeux prioritaires sont la rénovation énergétique, l’économie circulaire et la chaleur renouvelable.

« Etablissement sous tutelles ministérielles, nous sommes là pour mettre en musique les politiques publiques en Occitanie, dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable », a précisé Michel Peyron, directeur régional de l’Ademe Occitanie à l’occasion de la présentation du nouveau visage de l’institution, ce 20 février.

Une vaste mission que pilote désormais une seule direction régionale implantée sur deux sites à Toulouse et à Montpellier. En 2016, L’institution a investi plus de 42 millions d’euros en soutien de 339 projets. « 53% de ce montant a été investi dans des projets de transition énergétique et 42% sur l’économie circulaire », précise Michel Peyron. Ces soutiens à l’investissement couvrent les trois-quarts du budget de l’institution, une grande partie du reste étant dédiée à l’animation des territoires, à commencer par les 34 Espaces Info-Énergie ainsi que les sept plateformes territoriales de la rénovation énergétique de l’habitat privé, un axe prioritaire pour l’institution.

Pour accompagner les collectivités et les entreprises dans leur transition, l’Ademe propose notamment la planification d’études et des missions de conseil, la formalisation de partenariats techniques et financiers avec des groupements de collectivités locales (les EPCI), ainsi que le pilotage d’appels à projets.

Une stratégie 2017 émaillée de quinze appels à projets

Sur le volet éco-mobilité, l’Ademe prévoit notamment le lancement en 2017 d’un appel à projet pour co-construire avec les territoires des projets globaux d’eco-mobilité. Elle soutient également l’installation des 1200 bornes de recharge électrique prévues d’ici la fin de l’année et prévoit l’ouverture d’une centre régional sur la mobilité durable « car les changements de comportements s’inscrivent dans la durée et sont à relayer sur les territoires », selon Frédéric Guillot, directeur régional délégué. Côté économie circulaire, l’institution met le cap sur l’amélioration de la gestion séparée des biodéchets et la mise en place de la tarification incitative sur les déchets ménagers avec deux appels à projets prévus. « Il faut inciter les consommateurs à produire moins de déchets et favoriser le tri en amont de la matière organique pour capter sa forte valeur ajoutée en terme de matière et de potentiel énergétique », souligne Eric Gouardes, directeur adjoint.

Quant aux énergies renouvelables, le cap 2017 vise en priorité la chaleur renouvelable. « Sur l’électricité renouvelable, nous sommes dans les clous mais sur la chaleur renouvelable, la région est en retard par rapport aux objectifs nationaux. Il faudrait faire quatre fois plus mais le prix des énergies fossiles actuellement bas rend cette énergie peu compétitive » souligne Michel Peyron. L’Ademe compte poursuivre son accompagnement sur la qualité des approvisionnements en bois énergie, booster la géothermie et financer de nouveaux projets ambitieux grâce à deux appels à projets en cours dont un sur des projets territoriaux.

Parmi les autres enjeux clés, les projets coopératifs et citoyens sur les énergies renouvelables feront l’objet d’un nouvel appel à projet planifié avec la Région en juin. De quoi favoriser les retombées économiques locales. « Cela permet de faire émerger des projets qui ne se feraient pas autrement. En Allemagne, 50% des projets se développent sur ce modèle », rappelle Michel Peyron. Sur 2017, l’Ademe interviendra également en soutien technique dans l’élaboration de la stratégie Repos (Région à énergie positive) pilotée par la Région.
Aurélie de Varax

Sur la photo : la nouvelle équipe dirigeante de l’Ademe Occitanie : Eric Gouardes, directeur régional adjoint ; Michel Peyron, directeur régional et Frédéric Guillot, directeur régional délégué. Photo Ademe.