ToulÉco Green

Publié le lundi 24 octobre 2016 à 17h44min par Aurélie de Varax

Innovation ouverte : EDF lance le concours Pulse Occitanie à destination des start-up

Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie, lance EDF Pulse dans sept ville du territoire. Ce concours d’innovation à destination des start-up est un maillon essentiel de la démarche « Open innovation territoriale » du Groupe. Explications.

Vous lancez le concours EDF Pulse Occitanie avec des événements organisés dans sept villes. Quel est son objectif ?
Gilles Capy :
C’est un concours d’innovation ouverte qui s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’écosystème de l’innovation dans notre région. Je fais référence au maillon des start-up et aussi à l’ensemble des acteurs publics ou privés qui gravitent autour : les incubateurs, les accélérateurs, les clusters, les acteurs du financement, les PME. Les actions de promotion sont lancées sur sept villes de la région, - les deux métropoles et des villes de différentes tailles, y compris en milieu plus rural - car la proximité avec les territoires fait partie de notre ADN. Notre but est de solliciter, d’ici fin décembre, des projets répondant à sept problématiques que nous avons divisées en trois grands enjeux pour les métiers de l’énergie : le service innovant, la performance industrielle et le territoire durable.

En quoi ce concours s’inscrit-il dans votre démarche « Open innovation territoriale » ?
Trois éléments. Avant d’adresser ce concours, nous avons fait un travail collaboratif amont avec 200 collaborateurs dans les différents métiers - la production hydraulique, le nucléaire, le service aux clients, les énergies renouvelables, les services énergétiques - pour faire émerger les problématiques du terrain. Nous voulons maintenant poursuivre cette démarche ouverte avec les start-up candidates. Elles ne participent pas à un simple concours : nous allons ouvrir nos portes, organiser des rencontres avec nos agents, expliquer nos process. L’objectif est de trouver des solutions novatrices, adaptées à nos besoins, en s’appuyant sur une innovation collaborative et collective. Enfin mon intention est de regrouper aussi tous ces innovateurs au Bazacle à Toulouse pour faire des sessions de connexion car on le voit dans le numérique : une solution qui met en œuvre une technologie dans le domaine de la santé, par exemple, peut aussi être pertinente pour le domaine de l’énergie. Ce dispositif que nous expérimentons en Occitanie sera déployé dans d’autres régions de France.

Quelles sont les autres piliers de l’innovation chez EDF ?
Nous comptons au sein du Groupe de nouveaux pôles d’excellence dédiés à l’innovation comme le fab lab de Saclay ou encore notre laboratoire de design thinking. L’idée est que les champions identifiés dans les territoires soient connectés à ces équipes internes pour disposer d’une lecture plus large, territoriale, nationale, voire internationale des écosystèmes. Et renforcer mutuellement les capacités à innover.

Cette agilité dans l’innovation est-elle l’atout d’EDF pour réussir sa transition ?
Notre vision de la transition énergétique est la suivante : il y aura de grandes infrastructures de production d’électricité décarbonnée comme l’hydraulique et le nucléaire qui sécuriseront le développement des nouvelles énergies renouvelables intermittentes comme le solaire et l’éolien. Il y aura aussi de nouvelles formes d’auto consommation d’une partie des besoins énergétiques, des progrès significatifs dans la performance énergétique des bâtiments et dans le domaine du stockage. Toutes ces évolutions auront un fil rouge commun : l’innovation. Nous misons sur l’innovation et sur ces piliers de l’arche énergétique, le global et le local. Notre appel à projet a l’ambition d’accélérer l’éclosion de ce nouvel équilibre.

Comment ces démarches collaboratives sont-elles perçues en interne ?
Nous avons embauché sur la région 600 jeunes au cours des six dernières années dans la Région à travers un renouvellement d’effectifs. Ces 600 jeunes sont pétris de culture digitale, et pour nous, c’est une force énorme. Quand on lance des hackathons nous avons du répondant, des idées, de l’enthousiasme. Il faut juste réussir à connecter cet enthousiasme, managérialement en interne et aussi à l’externe avec l’écosystème des start-up qui ont choisi l’expérience de l’entrepreneuriat, du risque. Je ne crois pas aux mécanismes silotés et verticaux. Il faut trouver le bon équilibre entre cultiver des compétences - et cela relève des équipes interne dédiées - et l’ouverture vers les écosystèmes externes qui sont des accélérateurs d’agilité. On s’expose un peu mais le bilan au final sera gagnant.

Participer au concours Pulse Occitanie

Du 27 septembre 2016 au 15 décembre 2016, les candidats sont invités à proposer leur projet innovant sur la plateforme : occitanie-pulse.edf.com. 
Les sept finalistes bénéficieront d’un accompagnement d’ EDF pour développer et expérimenter leur solution ou technologie. Parmi eux, 3 lauréats (un par catégorie) recevront 10 000 euros chacun.