ToulÉco Green

Publié le jeudi 12 mars 2015 à 17h53min par Aurélie de Varax

Inflex, l’automate économe en énergie pour nos eaux usées

Le 2 mars dernier, la station d’épuration de Graulhet dans le Tarn inaugurait Inflex, un automate économe en énergie. Récit d’une success‐story alliant recherche publique et entreprises.

Depuis une semaine, la cellule de valorisation de l’Insa Toulouse, est à la fête. L’inauguration de l’automate Inflex, le 2 mars dernier, prévu pour améliorer les rejets d’eaux usées de la station d’épuration de Graulhet, a mis un coup de projecteur sur un projet qui mijotait depuis des années dans les tiroirs, et que le Critt GPTE [1] et TTT [2], structures dédiées au transfert de technologies ont mené particulièrement loin. « Nous avons fait tout le chemin du brevet, au prototype et jusqu’à l’aide à la commercialisation. peu de projets de recherche aboutissent à ce niveau de maturité », se félicite Xavier Lefebvre, directeur adjoint du Critt.

Tout est parti d’une thèse, en 1996, sur un concept permettant d’optimiser les performances des stations d’épuration, tout en maîtrisant la quantité d’énergie associée. « Dans une station, entre 60% et 80% de la consommation électrique est liée à l’aération du bassin biologique. Si on maîtrise l’aération, on peut faire des économies très significatives sur le coût de l’énergie et optimiser l’efficacité de la station », souligne Xavier Lefebvre. Et pour cause, c’est l’apport d’oxygène par l’intermédiaire d’aérateurs qui est au cœur du dispositif pour éliminer les polluants azotés issus de la dégradation des protéines et urines. L’innovation d’Inflex repose donc sur un automate équipé de deux capteurs (sonde oxygène dissous et sonde redox) plongés dans le bassin biologique. « Les mesures en ligne sont stockées et traitées par cet automate qui pilote les aérateurs pour fournir de l’air ajusté à la charge polluante sur la station ». Éliminer au mieux les polluants et avec le minimum d’énergie, un résultat pertinent dans le contexte de la chasse au gaspillage énergétique.

« Au minimum un gain de 10% à 15% d’énergie »

« On a ressorti Inflex il y a trois ans car le contexte était porteur », raconte Xavier Lefèbvre. La licence d’exploitation a été achetée par Biotrade, spécialiste haut-garonnais des équipements pour les stations d’épuration, avec une exclusivité sur le secteur urbain. « Nous avions un nouvel aérateur breveté et nous avons travaillé avec le Critt pour lui intégrer la technologie Inflex et étoffer notre gamme avec un produit économe énergétiquement », explique Jean-Pierre Grasa, directeur de Biotrade.

Pour l’instant deux stations sont équipées à St‐Céré dans le Lot (11.000 habitants), et à Graulhet (220.000 habitants). Selon le dirigeant « ces deux pilotes permettent de confirmer l’intérêt au niveau des économies d’énergies ». Avec un gain estimé d’au moins 10 à 15% d’énergie, In‐Flex serait amorti en moins de 2 ans. Prochaine station sur les rangs : Villefranche‐de‐Lauragais.

Aurélie de Varax
Sur la photo : Xavier Lefebvre, directeur adjoint du Critt, avec au centre l’Inflex dans les laboratoires de l’INSA. Photo Kevin Figuier - ToulÉco

Notes

[1Génie des Procédés et Technologies Environnementales.

[2Toulouse Tech Transfer.