ToulÉco Green

Publié le jeudi 20 juillet 2017 à 17h10min par Aurélie de Varax

Haute-Garonne : Syscobat révolutionne la construction bois/béton

Article diffusé le 30 mars 2017

Avec sa solution breveté B2R+ qui associe des panneaux préfabriqués en bois et une structure béton, le ramonvillois Syscobat promet de diviser par sept l’impact carbone des constructions neuves. La start-up est reconnue entreprise européenne innovante.

Les philosophies de construction bois et béton cohabitent depuis longtemps mais collaborent rarement. Et pourtant chacun présente des avantages que l’on aimerait réunir : le bois a le mérite d’être biossourcé, le béton a une inertie thermique appréciable. En 2011, Jean-Charles Guillemot, maître d’œuvre en bâtiment brevète B2R+ une nouvelle solution de construction bois associant un coeur béton tout en apportant des réponses aux problématiques récurrentes sur les chantiers dont les malfaçons et la pénibilité. Après plusieurs étapes de recherche et développement, la start-up Syscobat est créée début 2016 à Ramonville pour fabriquer et commercialiser B2R+.

Lauréate du concours « logement du 3e millénaire au service du développement durable » organisé par Toulouse métropole habitat en 2014, la solution a représenté la région Occitanie en février dernier à la journée Enerj’meeeting au palais Brongniart à Paris.

Préfabriqué en bois et coeur de béton

« Nous associons des panneaux muraux sur mesure à base de caissons de bois remplis d’un isolant choisi par le maitre d’ouvrage. Entre les panneaux sont ajoutés des coffrages dans lesquels sont coulés sur chantier un béton liquide », décrit Yves Martorana, président de la société Syscobat. Cette solution est adaptée à tous types de construction jusqu’à une altimètre de 600 mètres à l’exclusion des bâtiments « d’importance 4 » comme les hôpitaux ou les prisons.

Autre atout, précise le dirigeant : « la solution propose un niveau de finition second oeuvre ce qui signifie que la face intérieure des panneaux muraux est prête à peindre. » Outre son approche bas-carbone, B2R+ prend en compte également le facteur pénibilité pour les artisans et la rentabilité.

Sept fois moins d’impact sur le climat

Sur un bâtiment neuf, 50 % de l’impact carbone provient des activités sur le terrassement et la construction des fondations et de la structure. Le procédé B2R+ réduit considérablement cet impact, une réduction qu’Yves Martorana évalue sur un facteur sept. « Premièrement en associant bois et béton, nous divisons par cinq le poids de la structure, si bien que nous réduisons également les besoins en terrassement et en fondation. Tout est préfabriqué sur mesure, ce qui limite également la production de déchets. Ensuite, nous offrons la possibilité d’utiliser jusqu’à 85% de matériaux biossourcés. Enfin, B2R+ est deux fois plus isolant qu’un mur traditionnel d’où la diminution des besoins en chauffage et refroidissement. » Soucieux d’apporter une réponse à la question de la pénibilité sur les chantiers, les fondateurs de Syscobat ont également conçu une machine sans entretien qui facilite la mise en place et l’emboitement des panneaux.

Autre atout, le système constructif B2R+ se situerait dans les prix du marché avec un gain supplémentaire en terme de surface de 5 % puisque les murs sont moins épais. De quoi séduire les promoteurs qui pourront également bénéficier du bonus de constructibilité de 30% relatif à la loi de transition énergétique, soit la possibilité par exemple pour un immeuble de cinq étage, d’en construire un sixième. Après la construction de plusieurs bâtiments démonstrateurs, Syscobat a engrangé ses premières commandes de maisons individuelles ainsi que deux bâtiments de logements collectifs au sein de Toulouse Métropole. La société qui compte trois collaborateurs vise un chiffre d’affaires de quatre millions d’euros sous trois ans et la création de quinze emplois.
Aurélie de Varax

Sur la photo : Yves Martorana, président de Syscobat. Photo DR.