ToulÉco Green

Publié le jeudi 16 juin 2016 à 10h43min par Aurélie de Varax

Haute-Garonne. Colaursud innove dans la collecte sélective des biodéchets, avec Cler Verts

Après avoir lancé en février la collecte des déchets organiques auprès de la restauration collective avec l’appui de la composterie Cler Verts, la communauté de communes Colaursud expérimente un dispositif auprès des particuliers. Le gain est environnemental et économique.

Depuis quelques semaines, une dizaine de familles trie et dépose ses déchets organiques à la déchèterie de Nailloux. Une expérimentation pionnière menée par Colaursud, la communauté de communes du Lauragais Sud [1] qui défie l’obligation réglementaire sur cette collecte, fixée en 2025.

« Pour l’instant nous avons installé un bac collecté une fois par semaine mais si l’expérimentation incitative réussit, nous généraliserons la collecte en 2017 avec des bacs dans chacune des dix communes » précise Elodie Caquineau, directrice générale des services de Colaursud. Ce projet unique dans le département consacre l’engagement pionnier de la collectivité sur le sujet, avec l’appui de la composterie Cler Verts.

Valoriser ses biodéchets coûte deux fois moins cher

Sensibilisée de longue date sur la question des déchets, Colaursud inaugurait en février dernier son service de collecte séparée des déchets alimentaires pour les opérateurs publics ou privés. Quinze établissements de restauration collective, gros producteurs de déchets organiques, ont répondu à l’appel. Parmi ceux-ci, trois dépassent les dix kilos de biodéchets par jour et sont donc soumis à l’obligation réglementaire sur ce seuil, entrée en vigueur en janvier 2016.

« Pour ramasser ces biodéchets, nous avons dû réorganiser la collecte qui passe une fois par semaine sur une dizaine de points. Notre ambition est de ramasser 103 tonnes de biodéchets par an, » souligne Elodie Caquineau. Outre l’objectif environnemental et la lutte contre le gaspillage alimentaire, la collectivité vise une économie sur ses factures. La valorisation de ces biodéchets auprès de Cler Verts coûte en effet deux fois moins cher que leur incinération. Car ces déchets organiques pèsent leur poids. Selon l’Ademe, ils occuperaient un tiers des ordures ménagères en termes de tonnage.

Un compost deux fois plus riches

Une fois collectés, les déchets organiques de Colaursud sont acheminés chaque semaine à Bélesta à la composterie Cler Verts, une plateforme qui transforme 18.000 tonnes de biodéchets par an : des végétaux, des restes alimentaires et des invendus de la grande distribution non utilisable par les ONG qui seront transformés en 6000 tonnes de compost.

« Nous visons un quart de déchets organiques pour trois quarts de déchets végétaux. Nous obtenons ainsi environs 350 kilogrammes de matière organiques dans une tonnes de compost soit une matière deux fois plus riche en éléments nutritifs que le compost végétal », souligne Jean-Luc da Lozzo, cofondateur de Cler Verts. Ce compost est ensuite utilisé par les agriculteurs, maraichers et jardiniers amateurs du Lauragais.

Prochaine étape, en septembre, où ces déchets seront méthanisés. La matière organique continuera à retourner au sol sous forme de digestat et il sera produit de l’énergie électrique à partir du biogaz.

Photo DR

Notes

[1Dix communes soit près de 9000 habitants.