ToulÉco Green

Publié le jeudi 11 août 2016 à 16h31min par Aurélie de Varax

Habitat participatif. Abricoop, un immeuble en coopérative d’habitants sur le sol toulousain

Dossier. Troisième partie. Article diffusé le 9 juin 2016

A Toulouse, le projet Abricoop, mijote depuis neuf ans. Il réunit dix-sept familles, des individus d’un an à 78 ans, qui se préparent à vivre dans un immeuble collectif au sein de l’écoquartier de la Cartoucherie.

Plutôt que l’autopromotion, ils ont choisi de créer une coopérative d’habitants. Les dix-sept familles de la coopérative Abricoop ont assisté fin mai à la pause de la première pierre de leur immeuble dans l’écoquartier de la Cartoucherie. Définit officiellement dans la loi Alur de mars 2014, le statut de coopérateur permet de choisir son logement de A à Z à bas coût et d’échapper à la spéculation immobilière. « Chaque famille est propriétaires de parts sociales à hauteur de 20% environ du coût de son logement, certaines ayant choisi de donner plus selon un mécanisme de solidarité financière », explique Jean Grandin.

Exit la spéculation immobilière, le prix des parts ne suit que l’inflation. Chacun paye un loyer mensuel, calculé en fonction des plafonds de ressource HLM pour rembourser les emprunts et couvrir les frais de fonctionnement. Une fois l’emprunt remboursé, on peut imaginer des loyers gratuits pour des personnes démunies. C’est le choix qu’a fait par exemple la coopérative d’habitants Ecoravie dans la Drôme.

Un projet immobilier et sociétal ambitieux

Des centaines de réunions ont été nécessaires pendant neuf ans pour avancer sur tous les fronts : le choix du foncier, le projet technique en lien avec l’architecte et le promoteur, le modèle financier et juridique, l’allocation des parties communes. « Nous avons fait appel à un médiateur pour mettre au point une méthode pour que chaque décision puisse être prise au consensus », précise Jean Grandin.

Abricoop vient de lancer une campagne de crowdfunding sur Ulule pour financer l’aménagement des espaces communs de la coopérative : la buanderie, les trois chambres d’amis et surtout la pièce commune et la terrasse sur le toit où l’on installera le BBQ, le potager bio et le rucher. Les généreux donateurs seront les premiers invités, en 2018.
Aurélie de Varax

1 Commentaire

Répondre à cet article