ToulÉco Green

Publié le jeudi 13 juin 2019 à 20h37min par Audrey Sommazi

Près de Toulouse, la distillerie Straw Bale s’enivre de spiritueux bio

Fondée en 2018, la distillerie éco-construite Straw Bale met en bouteille gin et pastis à partir de plantes et épices bio. Et lance la production du French Guy, un whisky certifié, dont la première cuvée sera en vente à l’automne.

Il ne veut pas divulguer tous ses secrets de fabrication. Juste un. Gilles Victors avoue s’être formé à Springbank, l’une des dernières distilleries de whisky en activité de la région de Campbeltown en Ecosse. « Il a fallu deux ans et demi d’attente pour faire un stage de quinze jours », se souvient le fondateur de la distillerie Straw Bale ( botte de paille en français) installée dans le Frontonnais à Vacquiers (Haute-Garonne). « D’autant que c’est une bouteille de Springbank de dix-huit ans d’âge qui m’a fait aimer le whisky. » Et prendre une nouvelle direction professionnelle.

Nous sommes en 2015 et ce coutelier d’art décide de monter son projet « un peu fou » dans lequel il injecte 400.000 euros, sans aucune subvention. Deux ans plus tard, la distillerie éco-construite avec de la paille locale, autonome en eau grâce à la pose de régulateurs d’eau de pluie pour alimenter les condenseurs, est opérationnelle. Et en toute « logique », les bouteilles et les bouchons sont d’origine française, les étiquettes, toulousaines.

Trois alambics fin juin

L’artisan s’est d’abord lancé dans la production de pastis et de gin premium avec une « cohérence » appliquée aux matières premières et à leur provenance. « Toutes les plantes et les épices sont bio. J’essaye au maximum de me fournir dans la région », affirme-t-il.

Si le Le Pink Pastaga est réalisé à partir d’anis, de réglisse, de cardamome, de fenouil, le gin Knifemaker comporte des notes de d’agrumes, le Five O’clock des pointes de fruits rouges. Les premières cuvées ont été mises en bouteille et distribuées chez les cavistes, restaurateurs et épiceries de la région dans un premier temps.

Quant à la distillerie du French Guy, le whisky made in 31 au coeur du projet, dont l’orge est récolté à Salvagnac, dans le Tarn, elle vient de débuter. Une première édition limitée sera en vente à l’automne. Le reste viendra plus tard. « Car il lui faut trois ans de vieillissement en fût de chêne », précise Gilles Victors. Avec deux alambics, bientôt trois à la fin du mois, Straw Bale est capable de doubler sa production si la demande se manifeste.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Gilles Victors, fondateur et gérant de Straw Bale, à Vacquiers. Photo Valentine Chapuis - ToulÉco