ToulÉco Green

Publié le jeudi 5 novembre 2015 à 15h50min par Virginie Mailles Viard

Geromouv’, la force d’une scop au service des séniors

Alors que le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement vient d’être voté au Sénat, le département du Lot accueille sa première scop. Geromouv’ crée des parcours santé en extérieur adaptés aux seniors.

Un oeil en Chine ou à Cuba suffit pour réaliser que le regard sur le troisième âge a lui aussi ses frontières. Au pays du Soleil Levant, les séniors s’activent en douceur, dans les espaces publics. A Cuba, les ancêtres sont dehors, parce qu’il fait beau, mais aussi par ce que le maintien des liens est une force entretenue culturellement. Et si en France nous bénéficions d’un système de sécurité sociale envié, nos anciens sont souvent isolés, reclus, et éloignés d’une activité physique. Aujourd’hui, rappelle la scop Geromouv’, « 1,5 million de personnes ont plus de 85 ans en France, elles seront près de 5 millions à l’horizon 2060. Nous vivons plus longtemps, mais en moins bonne santé qu’avant. » C’est ainsi que Geromouv’ est née, de l’envie de voir nos aïeux ensemble, pratiquer une activité physique régulière, gage d’une bonne santé physique et morale. Geromouv’ implantera dès 2016 son premier parcours santé en extérieur, à Cahors, pour des personnes « avancées en âge et vulnérable ».

Une idée venue de Bretagne, explique Isabelle Poujoula, co-fondatrice de la scop. « Le parcours s’inspire de ceux du docteur Trégaro en Bretagne. Pratiquer une activité physique adaptée à chacun permet d’éviter les chutes, qui peuvent être dramatiques. Près d’une personne de plus de 65 ans sur trois et une personne de plus de 80 ans sur deux, chutent chaque année. L’objectif est également de créer du lien social. Nous avons retravaillé le parcours avec des artisans locaux et changé quelques éléments. Autre spécificité lotoise, le parcours de Geromouv’ sera implanté majoritairement hors EHPAD pour toucher un public plus large et notamment les personnes vivant chez elles. »

Un projet innovant lancé sur un département en phase d’expérimentation de la loi de Marisol Touraine

Le parcours santé imaginé par Geromouv’, et soutenu par l’incubateur d’innovation sociale 
Catalis, sera encadré par la co-fondatrice Christine Gaudichon, compétitrice cycliste, et spécialiste de l’animation sportive en salle. Un comité scientifique composé de médecins, évaluera grâce à des indicateurs, la progression des participants. Ces derniers auront également voix au chapitre, afin, explique Isabelle Poujoula, de faire évoluer le concept au fil des générations. "Aujourd’hui, nous nous rendons compte que les avancées technologiques maintiennent les gens chez eux, que notre société a beaucoup misé sur les médicaments. Dans le futur, ces données changeront. » Directrice générale de la CCI du Lot jusqu’en août 2015, spécialisée dans la formation, Isabelle Poujoula a mûri le rêve d’une entreprise partagée. « Je viens de l’entreprise dite classique, et j’ai pu constater l’importance qu’il faut donner à l’implication des salariés, à la fois dans le management mais également dans la rémunération. Cette scop, c’est avant tout une aventure humaine. »

Ce projet d’économie sociale et solidaire est une nouveauté lotoise : Geromouv’ est la première scop à voir le jour dans le Lot. « Nous sommes au carrefour de plusieurs éléments porteurs dont la loi sur l’ESS. De surcroît le Lot est le deuxième département après la Creuse à avoir le plus de personnes âgées sur son territoire. Le Lot expérimente la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, portée par Marisol Touraine. » Geromouv’ est soutenu par l’AG2R la mondiale, mais d’autres investisseurs sont à venir dans les mois qui viennent. Le premier parcours santé, d’un montant de 50.000 euros, donnera naissance à six autres parcours d’ici 2018, et à huit emplois.
Virginie Mailles Viard

Sur la photo de gauche à droite, Christine Gaudichon et Isabelle Poujoula, fondatrices de Geromouv’

4 Commentaires

Répondre à cet article