ToulÉco Green

Publié le jeudi 11 juin 2015 à 20h10min par Aurélie de Varax

GA innove dans les bureaux à vivre connectés

Bioclimatique et ultra performant, le nouveau siège de GA, inauguré le 5 juin, allie modernité technologique et confort. Vitrine du savoir-faire du constructeur toulousain, le bâtiment remplit déjà la réglementation thermique 2020.

Le bâtiment s’appelle Agua, comme la goutte d’eau en béton polysensoriel de six mètres de haut, qui trône dans son hall. L’œuvre réalisée par l’artiste Milène Guermont évoque la spécificité géothermique du nouveau siège social de GA, à deux pas de l’ancien siège dans le parc d’activités de la Plaine. Le bâtiment de 3500 m², inauguré en présence du président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc six mois après sa mise en service, régule la température de ses bureaux au moyen d’eau circulant dans les planchers et de pompes à chaleur. « On estime que l’immeuble est autonome en énergie 300 jours par an », annonce fièrement Sébastien Matty, le président du directoire du groupe, fondé en 1875.

Ce n’est pas tant la performance énergétique qui est visée, dans ce bâtiment aux allures futuristes. Les innovations thermique, acoustique, visuelle, et ergonomique sont au service des collaborateurs. On déambule entre open space, espaces de réunions multiples dans des box ou sur des tables hautes, salles à taille modulable, zones de convivialité, et terrasse. Des baffles acoustiques fixées aux plafonds amortissent les bruits. « Notre immeuble n’a pas seulement été conçu pour consommer peu, mais aussi pour son confort et sa simplicité d’utilisation. Nous avons franchi une étape. Je suis convaincu que c’est un facteur de performance des équipes », assure Sébastien Matty. Le chantier a duré sept mois seulement, car tous les composants et les équipements ont été fabriqués dans les usines GA, et notamment à Labège. Un show-room, avec banquettes et moquette, est intégré au bâtiment, et permet de montrer aux clients le savoir-faire de l’entreprise.

Intelligence artificielle

Huit ans après son premier engagement dans la performance énergétique, avec la construction du siège de Sodexo à Guyancourt (Ile de France), GA vient de décrocher avec Agua le label BEPOS-effinergie. Pour les postes liés au confort (chauffage, climatisation, ventilation, éclairage et eau chaude sanitaire), le bâtiment consomme à peine 20 kWh/m²/an. « C’est deux fois et demi moins que notre ancien siège, qui était déjà performant », assure Robert Dagrassa, le président du comité de surveillance de GA. Les 274 panneaux photovoltaïques installés sur le toit compensent cette consommation. Et quand il y a surplus d’énergie, il est réinjecté dans une Smart Grid, au bénéfice des entreprises du parc d’activités de la Plaine. Agua, premier immeuble tertiaire à énergie positive à Toulouse, répond déjà aux normes de la réglementation thermique 2020, et consomme 87% de moins que les seuils actuellement admis pour les bureaux. A moyen terme, le groupe prévoit de se servir de l’excédent d’énergie pour recharger des véhicules électriques.

Pour arriver à une telle performance, le constructeur immobilier a investi 6,5 millions d’euros. Il a aussi conçu des équipements intelligents et connectés, à l’instar des façades respirantes à triple vitrage. Les stores s’ouvrent et se ferment automatiquement en fonction de l’exposition. A 20 heures, ils se baissent complètement, indiquant aux salariés qu’il est temps de partir. Fenêtres, arrivées d’air, température : tous les équipements bénéficient d’un pilotage en temps réel, via le logiciel Gapeo, développé avec l’institut polytechnique de Grenoble et la start up Vesta system. Connecté à 4000 capteurs, Gapeo tient compte des habitudes des collaborateurs, aussi bien que des prévisions météorologiques. Des QR code sont disposés un peu partout dans le bâtiment. Les usagers disposent même, depuis peu, d’une application smartphone, pour piloter leurs paramètres et indiquer leurs absences. Le bâtiment s’ajuste en fonction des consignes enregistrées, des disponibilités en énergie, de l’exposition, et de l’usage. « Si un salarié n’est pas à son poste le mercredi, les équipements se mettent en veille. S’il a l’habitude de régler son bureau à 23 degrés, la température s’ajustera », explique Sébastien Matty.
GA projette d’augmenter de 30% son chiffre d’affaires en 2015. Il était de 130 millions d’euros en 2014.
Armelle Parion

1 Commentaire

Répondre à cet article