ToulÉco Green

Publié le mercredi 26 mars 2014 à 15h00min par Virginie Mailles Viard

Fair’Eco et MPI oeuvrent pour l’innovation énergétique durable

Deux années d’une action collective, Fair’Eco, menée tambour battant sur l’innovation dans les éco-technologies trouvent leur aboutissement le jeudi 3 avril. Un colloque sur l’autonomie énergétique réunit les grands acteurs et penseurs de cet enjeu majeur.

Pour soutenir l’émergence de l’innovation dans le domaine de l’éco-technologie, il fallait faire preuve d’inventivité, d’esprit d’aventure et de rapidité dans l’action. C’est ainsi que Fair-Eco, une action collective d’entreprises menée par Midi-Pyrénées Innovation (MPI), a su mener à bien une mission bien particulière : en deux ans, faire naître au sein des entreprises, des projets d’innovation qui apporteront dans les différents domaines de l’énergie des solutions nouvelles aptes à soutenir la transition énergétique.

Encore fallait-il sensibiliser sur le terrain des partenaires, faire entendre la nécessité de progresser dans des voies encore méconnues. Et en 2012, date à laquelle débute ce programme, ce n’était pas gagné, explique Delphine Mathou, chargée de mission éco-industries chez MPI. « Nous devions démontrer aux futurs clients l’intérêt de ces éco-technologies. A l’époque, c’était de l’ordre du concept, on avait peu de connaissances sur ces sujets. » Mais les contraintes étaient claires : les éco-technologies doivent permettre de réduire, de compenser, de maîtriser l’impact sur l’environnement des activités des entreprises.

Dix entreprises sélectionnées

Pour aboutir en seulement deux années à du concret, il a fallu créer un terrain propice à la poussée de l’innovation. Des journées de créativité, des ateliers "Innover en partenariat", la rencontre avec des acteurs prépondérants du monde de l’énergie, des études de marché précises ont permis de défricher et de cibler les projets porteurs. Au final, ce sont dix entreprises dans le secteur de l’énergie qui ont été sélectionnées. Principalement des bureaux d’études, très demandeurs et force de propositions, précise Delphine Matou. « Elles sont à l’interface de l’industrie et des donneurs d’ordre. Et dans le bâtiment, où le marché est saturé, elles sont capables de proposer des solutions innovantes. Et elles ont envie de développer des solutions qui leur sont propres. »

Colloque "L’autonomie énergétique : de l’usager au territoire »,

Le jeudi 3 avril, un colloque sur "L’autonomie énergétique : de l’usager au territoire », vient clôturer ces deux années de travail collectif intensif.

Trois projets innovants, pour l’instant tenus secrets, y seront présentés. Ils ouvriront les différentes tables rondes, qui déroulent les problématiques phares de la transition énergétique dans l’habitat. Vous pourrez y découvrir une exception mondiale : El Hierro, une île des Canaries, autonome en énergie. A noter, la venue de Marie-Christine Zelem, professeur de sociologie à l’Université de Toulouse II, qui porte le projet d’une chaire inter-universitaire « Energies et sociétés » - ou comment s’assurer que la société saura modifier ses comportements face à ces nouvelles technologies et aux enjeux écologiques qu’elles soutiennent. A souligner aussi, la présence de l’association Negawatt et de son scénario énergétique ainsi que de Christian Couturier du cabinet Solagro.

De grosses pointures donc, dont les regards à la fois sociaux et écologiques sur ces questions centrales de l’autonomie énergétique, méritent vraiment le déplacement.

Virginie Mailles Viard